®
Le harle huppé (Mergus serrator)


Je me suis endormie sur le haut d'un rocher
Noyé dans le Vanern, seule sa tête émerge
En plein sous le soleil, pas trop près de la berge,
En toute sécurité, pour pouvoir m'y chauffer

Quand vous vous approchiez, je n'ai rien entendu…
Et que vous m'observiez, comment l'aurais-je su ?
Il n'y a pas de vent et pourtant mon duvet
S'agite constamment comme s'il soupirait.
C'est parce que mes petits sont cachés dedans
Et qu'ils y jouent au chaud bien à l'abri du froid.
Ils auraient joué longtemps, si l'un d'eux, un instant
N'avait sorti sa tête au-dehors et vous voit…

Alors tout va très vite. Ma tête ébouriffée
Sort du dessous de l'aile, qui s'écarte, laisse fuir
Ma dizaine de poussins recouverts de duvet.
Je suis ankylosée, décidée à agir.
Pas trop vite tout de même. Je me lève, je m'étire.
Je pousse mes poussins qui glissent du rocher,
Se retrouvent dans l'eau, commencent à nager.
Alors, je saute aussi et doucement me tire.
Pas trop vite au début, mais de plus en plus vite,
Au fur et à mesure que mes petits s'éloignent,
J'accélère, je les presse. Bientôt, c'est la panique.
Je me mets à courir sur l'eau. Je bats des ailes.
Mes petits courent aussi avec beaucoup de zèle.
Je me pose et je nage. J'attends qu'ils me rejoignent.
Comme si de rien n'était, nous nageons de conserve
En formant un grand V et des petites ondes
Qui meurent tout de suite, à peine venues au monde.
Elles sont bien peu de choses tant elles ont la vie brève.

Mais je me trompe, peut-être. L'adrénaline aussi
À une vie bien courte. À peine sécrétée,
Déjà est épuisée. Mais elle aura le temps
De nous mettre les sangs au bord de l'embolie,
Tel le plaisir des sens qui ne dure qu'un moment,
Pour lequel cependant, on épuise nos forces,
Au moins une fois par an… Vous-même plus souvent ?
Ça nous laisse défaits, soufflant comme des morses.
Et une vie d'oiseau, elle en vaut bien une autre,
Elle est une seconde pour une demi-heure d'arbre,
Une année de volcan, l'éternel du cadavre…
Une prochaine fois, s'il y en a une autre,
Évitez, s'il vous plaît, de nous la raccourcir
Avec des émotions dans toutes les coronaires.
M'approcher d'aussi près, j'ai bien failli mourir…
Les ornithologistes sont pires que des cancers !

*