Le grillon domestique : Acheta domestica
®
Le grillon domestique (Acheta domestica)



Bien sûr que je le suis, immortel, comme les Dieux !

Pourriez-vous en douter, car tous les soirs qu'ils font,
Près de l'âtre, je chante, même si brûlent les feux
Dans votre cheminée… Je me fais une raison !

Je fus, des animaux, le premier dont le chant
Égaya les Olympes… avant que le Dieu Pan
N'inventât une flûte ou que le boulanger
Ne pétrisse les baguettes ou les miches, dans l'augée

J'aime bien les fournils où je trouve des miettes
Dont je me satisfais puisque je suis ascète…
Et souvent moins nombreux, car sinon la famine
Frapperait mes enfants…

__________________Même si la farine
Pourtant ne manque pas, pas davantage le son.

C'est la même chose, je crois, dans les pays d'Afrique....

Que la pluie manque un peu et meurent les négrillons,
Car l'aide humanitaire fait tourner des fabriques
De machines à découdre achetées à bon prix,
Aux pays, qui les vendent et aussi qui les pillent,
Les endettent jusqu'au cou, à l'aide du FMI
Et les montrent du doigt, prétextant qu'ils gaspillent :
Le pétrole, les phosphates ou mieux le stratégique ;
Offrent, aux pays pauvres, des dictateurs cyniques
Et de belles images, à la télévision,
Où tout veut machetter…

__________________Y'a bon le Nègrethon !

Chacun y va alors d'un petit grain de riz,
Se sentant dédouané pour qu'à l'hypermarché,
Il achète des mangues, des grains de karité,
En prenant bien le temps de comparer les prix

Maison familiale, Villaines la Juhel.