La gorge bleue à miroir roux : Luscinia svecica
®
La gorge bleue à miroir roux (Luscinia svecica)


J'habite dans des buissons de saules et de bouleaux,
Au pied de miradors gardés par des soldats
Enivrés de soda et probablement morts
D'ennui près d'un drapeau. Ils ont des mousquetons.
Ils gardent des soviets que l'on maintient parqués
Derrière des barbelés qui ferment une frontière.

La piste de poussière de micas en paillettes
Vous mène sûrement... Qui pourrait en douter ?
Vu les publicités : à un super marché ! -

Défense de s'arrêter. Défense de regarder
Même de faire semblant. Défense de pisser,
De l'avoir fait, merci !

J'avais tellement envie de voir des hommes, enfin,
Autrement qu'en kaki et avec l'air plus fin.

Nous n'avons guère de temps avant qu'on ne vous chasse
De ce coin de Norvège, envahi de stratèges
Qui rêvent de Pancrace, de commander l'OTAN.

Nous n'avons guère de temps pour faire connaissance.
Ma femelle est là-bas, un peu en contrebas.
Elle assure la naissance de mes futurs enfants.

Nous nous laisserons voir au sommet des buissons
Sur lesquels nous posons. Nous sommes plus bavards
Et nos chants sont plus riches en notes, en pastiches
Que ceux de nos cousins bretons ou vendéens.

Je veux qu'on reconnaisse toutes mes qualités
Et comment je suis peint. Je vais dans les jardins
Où je suis adulé et même à Kirkenes.

Á l'instar du rouge-gorge, à peine moins familier,
Je vis sur les pelouses et me montre jalouse,
Pas au point qu'on s'égorge… des sizerins flammés
Ou de la grive mauvis qui n'en fait guère cas,
Qui sautille, alerte, et qui, le soir, concerte,
Souvent, couvre ma voix et s'en trouve ravie.

Pour autant j'aime mieux l'endroit marécageux
De bois et de marais, de tourbières évoluées
Où seul le moustique arrive à pulluler,
Á tel point, il est vrai qu'aussitôt, il vous pique,
Á peine débarqué de l'auto qui protège
Et vous fait rembarquer et quitter la Norvège.

Moustiques ou militaires vous feront votre affaire.
D'une Jeep de guerre giclent des mercenaires.
Ils ont l'air furibard et ils ont des clébards,
Féroces qui vous flairent et pissent sur les roues
Du camion à l'arrière. Ils vous font les yeux doux,
Remue la queue derrière et semblent comme vous,
Honnir les militaires qui s'approchent de vous.

Du plus con, prenez l'air (c'est très dur, je l'avoue).
S'ils vous parlent anglais, répondez en français,
Que niet panjemajo et ne savez pas lire…

Ils vous croiront idiot, vous laisseront partir

Je doute qu'on se revoie à moins que d'aventure,
Vous veniez en Afrique, en région éthiopique.
C'est là que j'aventure quand l'hiver est trop froid.

Kirkenes, Norvège.