®
C’est à la fin qu’elle crotte… !




Rat-Caille*, un philosophe, invité au bocal,
Nous tint la dragée haute et limite fuckale
Pour expliquer en long, en large, au vertical
À tort et à travers et à l’horizontal,
Sur la grille des maux qui frappaient l’Oasis,
Le pire qui arrivait était la fin d’Ibis**.

Car au pays des Sphinx, la fin d’une dictature
Signerait des changements drastiques, à coup sûr,
Comme des élections que les frères dromadaires
Gagneraient largement, car ces bestiolitaires
Avaient fait, davantage pour soulager les bêtes
Que l’État menaçant de couper leurs roupettes.

Puis, c’en serait fini du pays des Pâtures.
Le chaos, la chienlit ou pire l’aventure
Seraient le quotidien, puisque ces intégristes
Seraient partout à l’aise comme le sont les touristes
Quand ils se rendent chez eux pour le thé à la menthe,
Visiter le désert et dormir sous la tente.

Les peuples ignorants sont bien mieux sous le joug
Et la démocratie ne vaut pas même un clou
Dès lors qu’elle menace l’équilibre du monde
Qui s’arrange très bien avec les guerres immondes
Quand elles assurent sans failles et sans interruption
La gloire et la fortune des seules riches nations

Qui prônent les valeurs de la vraie religion
Qui veut que l’on bombarde, pour leur damer le pion
Les peuples qui élisent, démocratiquement
Les pires fanatiques qu’il faut absolument
Qu’on les déconsidère, et ce, durablement
Pour leur faire la guerre et tuer leurs enfants.

Le peuple des Caillasses, bien à l’abri du mur,
Est bien plus à l’abri, et de ça, je suis sûr,
Des roquettes et des bombes au napalm, au phosphore
Que tirent nos avions pour faire le plus de morts
Parmi les Moabites qui, je suis sûr de ça
Supplieront à genoux que, vite, on les gazât.

Et bien que j’aie raison puisque je philosophe,
Bien des bœufs dans la rue, quand je passe, m’apostrophent…
La fuite de notre Ibis, protecteur bien-aimé
Chez qui Arénicole*** aime vacances passer
Me valant des menaces, au moins des quolibets,
M’inspire pour la racaille un profond irrespect.


13 février 2011 / «® / ©»




* Rat-Caille est l'un des deux ou trois philosophes qui ont pris pension au bocal à poisson au pays des Pâtures. Un autre, souvent entartré, s'appelle Labbe des Seychelles. Tous les deux, aussitôt qu'ils sont en difficulté, accusent leurs détracteurs d'être des antivautouristes.
** Ibis est le président dictateur déchu du pays des Sphinx.
*** Arénicole est le Premier ministre ensablé de Virus préoccupé par ses prochaines vacances en Tyrannistan.