Escherichia coli
®
Escherichia coli



Je vis dans l'intestin des bêtes et des humains
Et me retrouve à l'air à chaque fois qu'ils défèquent,
Dans les eaux, sur les sols et même sur les mains,
La bouffe, qu'on la destine aux rois ou aux évêques,
Aux communs ou aux pauvres des restaurants du cœur,
Sur les plaies des malades du foie ou d'une tumeur,
Dans l'urètre des dames provoquant des cystites
Ou la vessie des hommes qui parlent alors d'otite…

Est-ce ma faute à moi si je suis commensale,
Cosmopolite et même parfaitement mondiale,
Bien souvent sans danger, parfois opportuniste
Si, d'aventure, je joue, un peu les darwinistes ?

Est-ce ma faute à moi si vous êtes bourré
D'antibiotiques à l'insu de votre gré
Dont les viandes regorgent, je crois aussi, le lait ?
Est-ce ma faute à moi si votre viande hachée
Vous ne la cuisez guère, sûrement pas assez,
Surtout quand elle vient de vaches qu'ont l'ESB ?
Est-ce ma faute à moi lorsque vous confondez
Les principes d'hygiène et l'HACCP,
L'aseptie avec les contrôles de qualité ?

Est-ce ma faute à moi si j'affaiblis les faibles,
Les stressés et tous les immunodéprimés ?
C'est de la sélection. J'en applique les règles.
Darwin, vous savez bien, les pinsons adaptés…
C'est le " struggle for life ". Ça déplaît aux bourgeois
Si parfois je leur colle une belle chaude pisse !
Je rabats leur caquet et quéquette au supplice.
Je suis moins fière pourtant quand il arrive parfois
Que je mute, hémorrage et bouffe la muqueuse
D'un intestin d'enfant dont la mort est affreuse.

Je voudrais qu'on comprenne que j'ai bien du mérite.
(J'ai des capacités de nuisances très réduites)
Je rends les hommes égaux, les riches ou les exclus,
S'ils oublient que j'existe, qu'il faut laver ses mains,
Avant de cuisiner, de soigner ses prochains
Ou de sucer son pouce quand on se torche le cul.

Tous les jours ou presque...