Le pic épeiche : Dendrocopos major
®
Le pic épeiche (Dendrocopos major)

Je n'ai jamais compris ce nom qu'on m'a donné !

Il conviendrait, je crois, mieux au fou de Bassan
Ou au martin-pêcheur qui, je sais, piquent et pêchent.

Moi, j'ai fait des recherches. J'ai trouvé le mot specht
Qui se traduit par pic. Ça vient de l'allemand.
Ils y ajoutent bunt qui veut dire bariolé.

Et plutôt que pic pic, j'aurais bien mieux aimé,
Qu'en français, on me nomme, comme le fait ta compagne :
Marbré... car des oiseaux, ne suis-je pas un cas rare ?

Avec l'épeichette et le superbe pic mar,
Je partage les troncs des arbres de vos campagnes
Et la livrée des tigres ou celle des valets,
Car aux premiers j'emprunte mes talents de chasseurs,
Aux seconds, sûrement, ma grande discrétion.

Je pense que c'est la principale raison
Qu'on n'observe rarement lorsque c'est la saison,
Mes pariades sexuelles, quand tombe l'agression
Qui nous caractérise et que le créateur
A jugé bon, sans doute, de nous donner le gène.

J'emprunte au tétras lyre ma danse nuptiale.
Je fléchis sur mes pattes, les ailes en ombrelle
Pour montrer mes marbrures à ma douce femelle.
Je relève la queue et découvre l'anal,
Rouge comme ma nuque. Je tourne comme un manège.
Je choisis pour cela la plus horizontale
Des branches de mon domaine de branches enchevêtrées.
Le reste, vous le savez, je creuse des tas de trous,
Pour dormir, pour nicher et montre mon courroux
Quand on s'approche trop près de mes jeunes en duvet.

Il faut que je précise qu'ils me donnent du mal.
Car, si je suis discret quand j'approche du nid,
Avec au bec des chenilles, des larves grasses,
Mes petits poussent des cris. Discrets, ils ne sont guère !
Ils attireraient le premier chat de gouttière,
Le plus sot qu'on connaît, s'il survenait qu'il passe.

Il faut que les parents apprennent aux petits,
Tous les dangers qu'ils courent, qui leur seraient fatals.
Il faut qu'ils les surveillent, aussi, en attendant
Qu'ils atteignent alors l'âge d'admettre les raisons
Qui font qu'on interdit plus souvent qu'on permet.

Je trouve bien inquiétant et je vous le soumets,
Que beaucoup de parents réclament la pendaison
Des coupables tout trouvés si, des fois, leurs enfants
Se retournent un ongle en jouant au ballon
Dans la cour de l'école ou au centre aéré,
Quand ils s'en débarrassent pour être bien tranquille,
Pour lécher les vitrines au milieu de la ville
Ou bien faire leurs courses à l'hypeuromarché.

Ils trouveront aussi, pour les mettre au violon,
Des juges compatissants, des avocats habiles
Qui leur assureront des retraites confortables,
Une voiture cossue et toujours bonne table,
S'ils acceptent de se porter partie civile.

Forêt de Floranges, Morbihan.