Enculturation
®

Enculturation

Tant qu’à faire, pour bien faire, il vaudrait mieux inscrire
Les mots : « Merde, je t’encule, si c’est mon bon plaisir… »
Dans un unique article de la Constitution
Que ceux que l’on galvaude et qu’on voit au fronton
Des monuments publics du pays des Pâtures
Ou sur les documents qui servent aux pourritures
Pour s’essuyer le fion et la bouche, aussi
Qui leur servent, tous deux, à produire leurs sanies.

Il ne manquait jamais d’exemples pour montrer
Que tous les grands principes valaient d’être bafoués.
Le plus récent, sans doute, tenait à la culture,
Aux livres, aux parchemins, aux formes d’écriture,
Mais aussi à la voix qui fut enregistrée,
Ou bien à la musique quand on l’aurait gravée
La savante, en concert, partout la populaire
Sans les ors des belles salles, mais tout aussi sincère.

Toutes ces œuvres anciennes, comme témoins de l’histoire,
Avaient été gardées dans un conservatoire
Où chaque bête pouvait venir les consulter,
Puisque au domaine public, elles appartenaient.
C’était là leur défaut qu’il fallait corriger
Pour satisfaire encore les intérêts privés
Qui avaient compté que leur appropriation
Les ferait, pour longtemps, très riches, à millions.

La méduse Aurélie*, avec ses tentacules,
Signa donc un accord, en lettres majuscules,
Pour que l’on numérise ces précieux documents
Et qu’on les garde secrets pour environ dix ans
Dans une salle fermée au peuple des Pâtures
Qui ne pourrait payer le droit à la lecture.
L’affaire passa mieux qu’une enveloppe à la Poste…
Scorpion** savait ce que voulait dire glasnost !




22 janvier 2013 / «® / ©»



*Méduse Aurélie est la ministre de le culture sous Scorpion

**Scorpion ne vaut à peine qu'on prononce son nom.