L'effroi saisi
®

L'effroi saisi

Une vieille brebis était morte de froid
Pour cause de déraison qui saisit et qui broie
Les bêtes en politique s’il arrive qu’elles croient
Qu’elles sont assurément sur la seule bonne voie
Pour sauver les Pâtures des dettes qui la noient,
En réduisant, d’un coup, de deux mains à un doigt
Le personnel aux soins qui n’aura que le droit
De laisser l’indigente à son seul désarroi…

Et seule dans le jardin de la maison des vieux,
Et seule dans le froid à admirer les cieux
Avant de s’endormir et refermer les yeux
En rêvant que mourir, ça pourrait être mieux,
Que de froid, toute seule, et par un temps pluvieux,
Quand il ferait si chaud, pour faire ses adieux,
Sous la couette brodée en points de Richelieu,
Sans faire de bruit pour que tout reste silencieux.

21 janvier 2013 / «® / ©»