L'écaille chinée : Euplagia quadripunctata
®
L'écaille chinée (Euplagia quadripunctata)



Je me saoule des parfums qu'émet le buddleia
Qui pousse juste à côté du massif d'hortensias.
Aussi quand le soir tombe, à l'ivresse, je succombe,
Je me shoote, j'overdose à rouler dans la tombe.

À peine si je remarque l'Autographe noctuelle
Et le Gamma qui marque d'une empreinte son aile,
La Chrysope toute verte qui est aphidiphage,
Le Sphinx du liseron sur les belles-de-nuit,
La Minime, la Fiancée, à peine la Lithosie,
Aussi beurrées que moi, enfin je le présage
Puisque l'éclair du flash de l'appareil photo
Que vous faites crépiter pour tirer nos portraits
Ou les gratouillis que vous nous faites sur le dos,
Ne nous gênerons pas jusqu'au petit matin.

La rose à peine éclose, nous serons tous bien loin.

Jardin de Kerpotence, Hennebont.