®
Deux sous Sar-Kozy



Boute-en-train*, dans son box, piaffait d’impatience,
Non point qu’il attendait de juter sa semence
Dans quelque jument pressée d’obtenir meilleur poste
Au sein du FMI, sinon comme géognoste
Ou toute autre fonction qui leur vaudrait courbette
Quand leur mérite valait qu’elles fussent prises en levrette !
Mais du parti des bœufs, qu’il en sorte adoubé,
Pour mettre à bas Virus** et gagner l’Élysée.
Et mener politique au nom de l’alternance
Pour que les riches se remplissent toujours la panse,
Pour que la société soit en décohérence,
Que les pauvres soient punis aussitôt dès l’enfance,
Privés de soins, d’école et même de vengeance,
Mais aux bons soins des flics qui, face à cette engeance,
Ont tôt fait de tirer puisque les contredanses
Personne ne les paie plus, sauf par outrecuidance.
Fini les fonctionnaires de l’État providence.
On achève les chevaux sur les parquets de danse
Et les services publics pour que la concurrence
Soit libre et non faussée telle une impertinence
Synonyme d’arnaque en guise de gouvernance,
À peine plus ubuesque que la pompe à phynances.
22 avril 2010 / «® / ©»


* Boute-en-train est le Président du Foutre, Manichéisme & Idiosyncrasie (FMI)
** Virus est l'actuel président des Pâtures.