®

Le rouge est mis !




Les Pâtures étaient rouges de drapeaux déployés.
Les moutons, les gazelles et les bœufs mélangés
Se pressaient par milliers jusqu’au pied de l’estrade
Pour partager enfin avec les camarades
Le souffle qui rallumait les braises du combat
Qu’ils avaient cru éteint, dans un profond coma.

Les Pâtures étaient rouges de drapeaux déployés.
Sur les hures, sur les trognes, sur les masques, on voyait
Que l’espoir et surtout la détermination
Avaient changé de camp et changé la nation
Qui se pressait debout jusqu’au pied de l’estrade
Pour écouter Blanchon, compter les camarades.

Les Pâtures étaient rouges de drapeaux déployés.
Au-delà de l’estrade, dans les champs et les prés,
Partout sur les Pâtures, on écoutait le vent
Qui soufflait assez fort que les bêtes, l’écoutant,
Entendaient que le temps était enfin venu
De virer tous les goinfres à coups de pied au cul.

Les Pâtures étaient rouges de drapeaux déployés.
Le temps était venu, il fallait s’employer
À changer le vieux monde d’océans de malheur
Où très peu avaient trop et même l'argent du beurre...
Fini les yeux baissés et les humiliations
Le temps était venu pour les insurrections.

Les Pâtures étaient rouges de drapeaux déployés.
Jamais plus les Pâtures ne pourraient oublier
Qu'elles avaient le pouvoir et qu'elles l'exerceraient
En dépit des poissons soutenant les banquiers
Qui refusaient d'admettre qu'enfin, il arrivait
Le temps des cerises sur le gâteau partagé.



20 avril 2012 / «® / ©»




* Blanchon est le candidat du parti senestre.