®

Délétère horizon.




Quelques bœufs agacés par l’ombre que Blanchon*
Faisait à Flamant rose** voulurent faire mention
De ces accords secrets qu’on négocie en douce
Pour espérer qu’ils donnent un petit coup de pouce
Pour obtenir sans peine, sur une circonscription
L’aval de ses complices en vue d’une élection.

Rien de bien étonnant quand ce comportement
Signait des habitudes qui, en un tout autre temps,
Étaient les seules en cours pour faire une carrière
Politique bien menée, se torchant le derrière
D’avec le papier Q sur lequel des promesses
Seraient vite oubliées comme péché à confesse.

C’était vite oublier que, de toute cette engeance,
Personne ne voulait plus qu’on leur fît allégeance
Qu’on nous trompe et nous roule, dans le seau de farine,
Qu’on nous prenne de haut, se pinçant les narines,
En jurant : « Cré mildiou, que ces bêtes empestent…
Pas étonnant alors que nous ayons la peste !
»

C’était vite oublier que plus rien, comme avant,
Ne serait jamais plus. Qu’était venu le temps
D’une autre politique et de l’insurrection.
Tous au parti Senestre ne portaient d’attention
Qu’à l’idée fondatrice que les « bêtes soient d’abord ! »
Tout le reste suivrait comme la tête suit le corps.

Les Bœufs, une fois encore, et en dessous de tout,
Tentaient une manœuvre pour nous tordre le cou.
Ils voulaient qu’on leur offre la légitimité
Qu’ils avaient gaspillé de toute éternité.
Terminé, qu’ils s’en aillent, auprès des peuples, retournent
Les écoutent et cessent, de leurs pouces, qu’ils les tournent.

28 mars 2012 / «® / ©»




*Blanchon du parti Senestre remplit les salles et les cœurs d'espoir dans l'animalité.
**Flamant rose est le candidat du parti des Bœufs. Il n'est ni socialiste, ni de gauche.