®
Le bœuf en daube



Un élu du Bélier, encore en ballottage
En pays de bocage me dit :
__________________« C'est pas gagné !
Et pour que cela soit, il nous faut, du terrain,
Occuper chaque fois tous les espaces ou bien
Les bœufs pourraient créer une belle surprise.
Il y aurait méprise. Faudrait cohabiter.

Tant d'efforts, tant d'arnaques mises au point par l'énarque
N'auraient servi à rien. Vanneau est un vaurien
Qui veut qu'on reconnaisse sa grande intelligence
Et en secret caresse d'être à la présidence.
Il est donc prêt à tout, même à violer le Loup
Et de lui faire accroire que c'était pour son bien,
Qu'il lui reste un espoir. Le peuple des pâtures,
N'étant que moins que rien, gobe les impostures
Et s'il advenait qu'il veuille un troisième tour,
Il lâcherait ses chiens depuis longtemps tranquilles,
Auxquels manquent toujours que sonnent les tambours
Qui annoncent la charge, les coups, les matraquages,
Quelques morts par bavure qui frapperaient très fort
Le peuple des pâtures.
Faisons donc des promesses, sur la laine des caresses.
Cela n'engage en rien. Une fois aux affaires,
Nous ferons le contraire et nous le ferons bien.
Le peuple, s'il résiste et descend sur les pistes,
Sera vite défait, s'il le faut, par l'armée,
Ses chars et ses avions. Mais ce que nous craignons,
Serait qu'un terroriste nous envoie aux Enfers.
Rien ne serait plus triste qu'un élu qu'on Nanterre. »

L'hirondelle des fenêtres (Delichon urbica) / (10 juin 2002)__________