®
Les couleuvres à sornettes


C'est bien l'ignominie qui prévaut aux Pâtures.
Virus* pataugeait dans la déconfiture.
Les canards du journal, en veine d'impostures,
Tentaient, tant bien que mal, avant qu'elles ne suppurent
De refermer les plaies, de réduire les fractures
Dont les bêtes parlaient au-delà des clôtures.

L'une d'elles, d'ailleurs, du pays des Toros
Fut vite censurée pour qu'aucun de ses mots
Ne parvint aux Pâtures, pas même incognitos.
Pas question que l'on sache que son hyper ego
Faisait de Virus un synonyme de fiasco
Et des Pâtures un sous rocher de Monaco.

Mais le pire fut, sans doute, qu'on publie ce sondage
Faisant dire aux moutons, a contrario des sages,
Qu'il fallait qu'on enferme et cela sans ambages,
Les bêtes fort capables de commettre un outrage
Après qu'elles eussent fait leur peine dans la cage
Pour la raison qu'elle les avait rendues sauvages.

Les canards du journal, pour plaire au Président,
S'asseyaient sur les sages, constitutionnellement.
Les moutons des Pâtures, les bœufs pareillement
N'y verraient rien à dire, car leur aveuglement
Ne leur permettait plus, depuis déjà longtemps,
D'en appeler encore à quelque jugement.

Les moutons et les bœufs ne valaient pas tripette.
Ils passaient leur temps à surfer sur Internet
Contemplant Pecora** à poil sur la carpette.
Virus avait raison de crier : Turlurette !
Le peuple des Pâtures allait à l'aveuglette,
Tout prêt à avaler des couleuvres à sornettes.

26 février 2008 / «® / ©»



* Virus est l'actuel président des Pâtures.
** Pécora accompagne Virus, mais ne veut pas Mickey.