contes à rendre
®
I) Contes à rendre, des pots de gerbes, philosophie de bazar...
Apophtegmes, adages et autres mots de tête par Mic de la Plaideron


Il était une bonne foi pour toutes...

Les bandes organisées ne se rencontrent pas nécessairement dans les clubs échangistes.

La sondomie d'opinion, c'est une autre façon de se sentir profondément pénétré par la citoyenneté.

Anne Sinclair aime DSK comme au premier jour… Cela affirmé, compte tenu du fait qu’elle est kokue comme pas possible, on peut raisonnablement se demander combien ? En attendant, DSK s’est amicalement vautré si l’on en juge par les titres des épisodes de la série tournés avec Sinclair et Curtis :

Premier Contact (avec Diallo), Un ami d'enfance (voir au Medef), Minuit moins huit kilomètres (de l’aéroport Kennedy), Le Coureur de dot (Sinclair), La Danseuse (Karl Lagerfeld), Les pièces d'or (FMI) , Un drôle d'oiseau (dans ma culotte), Sept millions de livres (MNEF), Quelqu'un dans mon genre (Piroska Nagy), Un enchaînement de circonstances (Porsche Panamera), Un rôle en or (Sofitel), L'Héritage d'Ozerov (Cercle de l’industrie françafrikène), Le Lendemain matin (Concussion ou branlette ?), Un risque calculé (La dette en Grèce), Une rancune tenace (Banon Tristâne), Le Mot de passe (indispensable dans les clubs échangistes), Le Complot (Sarkostasi) , Formule à vendre (emploi fictif), Un petit coin tranquille (Rikers Island), L'un et l'autre (Socialisme et privatisation), Des secrets plein la tête (La cassette Mery), L'Enlèvement de Lisa Zorakin (Il n’y est sans doute pour rien), Regrets éternels (Primaires socialistes), Entre deux feux (TF1 au vingt heures),

Comme le disait Andronicos de Cyrrhus : « Il faut toujours avertir les girouettes que le vent va tourner, surtout quand elles commencent à rouiller… »

Il en est des politiques comme des bombardements humanitaires… Les raisons affichées par ceux qui aspirent au pouvoir sont tout aussi vraies que celles que l’on évoque pour justifier des guerres. En outre, le plus incroyable paradoxe veut qu’au nom d’un vague devoir démocratique, nous soyons amenés à leur voter une légitimité.

Je croirai au verdict des urnes le jour où l’on y enfermera les cendres des candidats battus au premier tour.

Il n’y a de bonnes réformes que si elles apportent un réel progrès. Il n’y a de progrès que si un nombre plus important de citoyens en bénéficient pleinement et durablement. Il n’y a de citoyens que si la société les considère avec bienveillance et justice. Il n’y a de société que si les élus de la nation réfléchissent à de bonnes réformes. Il n’y a d’élus que si les progrès envisagés sont largement débattus à tous les niveaux et avec tous les acteurs de la nation. Il n’y a de débat possible que si le premier progrès recherché est plus de cohésion sociale. Il n’y a de cohésion sociale que si la nation ne néglige pas le plus humble de ses citoyens ou de ses invités. Sinon, on ne verra plus que des inadaptés sociaux.

Sans vouloir tomber dans le plus absolu pessimisme, force m’est de constater que d’absurdités en inepties, les cons gagnent du terrain et par là même augmentent considérablement leurs capacités de nuisance…

La lutte contre la faim : juste assez pour que les affamés ne mordent pas la main de ceux qui les nourrissent mal ?

Le politique est veule et lâche quand il refuse de s'attaquer aux riches parce qu'il pense qu'ils sont puissants. En réalité, les riches ne sont puissants que parce que les politiques refusent de les combattre.

Après avoir, peu ou prou, participé à la formation et au diplômage de 2228 étudiants en HSE à Lorient, j'en suis arrivé au constat suivant : un enseignant ne peut guère se prévaloir de la réussite d'un de ses élèves... Il aurait probablement réussi aussi bien, sinon mieux sans lui. Un enseignant peut juste s'interroger sur les raisons qui ont conduit certains de ses étudiants à l'échec. La seule chose à laquelle on puisse prétendre est que si l'on a proposé une aide à un étudiant et que celui-là, avec cette aide, a pu atteindre l'excellence, c'est qu'on n'était pas si mauvais, non plus, finalement...

Être anarchiste, c'est avant tout se poser la question de la légitimité d'un pouvoir.

Les hommes politiques, c’est comme les fruits : quand on les garde trop longtemps, on finit par ne plus trouver que des pourritures.

Il n'y a qu'aux élections qu'une femme puisse être battue ! Je crois même que si quelques-unes prenaient une sévère raclée, cela me réjouirait infiniment... comme si c'était des hommes.

La révolution met toujours trop de temps à faire un tour complet.

Entre la violence et la non-violence, je choisis la non-violence. Entre la soumission et la non-violence, je choisis la violence.

Nous ne le savons pas encore, mais le travail a déjà été remplacé par l'esclavage. Notre illusion qu'il n'en est rien, c'est qu'on nous laisse croire que nous pouvons encore négocier le poids de nos chaînes.

Ceux qui pensent qu'en bossant pour des capitalistes, ils deviendront capitalistes feraient mieux d'arrêter de bosser !

Ceux qui vantent les vertus du travail sont bien souvent des gens qui n'en branlent pas une !

La prostitution est un des pires produits de la morale bourgeoise : soumettre… par la violence... s’il le faut ou de préférence ?

Les meilleures choses ont une fin, sauf les saucisses qui en ont deux !

L'anomie, c'est l'acceptation du ghetto !

Devenez tireur d'élites... parce que les gouvernants, à force de faire comme s'ils étaient sourds, n'auront pas d'excuse s'ils n'entendent pas le départ de la balle qui les tue.

Travailler mieux pour vivre mieux ! Travailler moins pour vivre enfin ! Et ne rien foutre, même sur la paille, quand sur la poutre, on voit la faille.

La laïcité est un principe de séparation qui garantit la paix sociale par la reconnaissance de la pluralité des croyances à la condition qu’elles se cantonnent dans l’espace privé... Et basta !

J'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour mon chien qui n'arrêtait pas de réfléchir et d'avoir des idées, mais qui ne m'a jamais emmerdé avec !

Acheter : c'est voter ! On peut même s'abstenir... puisque dans les deux cas, le plus souvent, on se fait d'abord baiser !

Ce serait sûrement une bonne chose que l'on craigne une société qui a peur des inadaptés qu'elle produit... Remarquablement, ceux ou celles qui ont toujours peur de tous et de tout, sont aussi de profonds inadaptés sociaux et c’est sur ces débiles que les pouvoirs extrêmes s'appuient pour émerger.

Quand les éboueurs sont en grève, les ordures s'indignent !

Du point de vue des castes, la France et l’Inde sont antinomiques… En France, ce sont les riches ou les politiques qui sont intouchables !

Je ne supporte pas qu’on me parle de discrimination à l’égard des juifs ou des homosexuels puisque ça ne se voit pas qu’ils le sont et qu’on ne peut pas le deviner, sauf à ce qu’ils insistent pour qu’on le sache et, dès lors, qu’ils en profitent pour abuser de la situation pour avoir forcément raison sous peine d’être poursuivi pour discrimination… Pour les noirs, c’est pareil, je suis daltonien !

Je peux me flatter de n'avoir jamais eu aucun ennemi : les cons, je les ignore !

Il n'est pas nécessaire d'entreprendre pour espérer, ni de persévérer pour réussir…

Lorsque les peuples abattent les gouvernements qui leur ont fait subir des violences policières, ils seraient bien inspirés aussi de piquer les flics aux ordres. Il ne s'agit évidemmment pas de confondre les maîtres et leurs chiens, il s'agit juste de leur appliquer le même traitement, en toute justice - équité - charité - Amour du prochain ? !

Je ne suis pas rancunier, c'est juste que je n'oublie jamais les dates...

Je lui chie dans la bouche à la chrétienté parce qu’au moins quand on osera nous parler du magnifique héritage de civilisation et de culture qu’elle laisse à la france, à la france que je n’aime pas, à la france dont je ne suis pas fier, à la france qui n’a pas des racines, mais des suçoirs, j’espère que l’on en percevra la véritable odeur et la consistance.

Un patron, ça n’est jamais rien d'autre qu’un bout de papier qu’on épingle sur un tissu avant la découpe… Est-ce que cela justifie qu’on le paye autant ?

J'ai essayé de couper mon bacon avec une francisque... Bonjour le tableau !

Dans Occident, il y a occis ! Et dans valeur ? Au regard de l'histoire, d'abord, et à celui des actualités, surtout les plus récentes, je ne regrette pas d'avoir renié, très tôt, mon éducation judéo chrétienne et si je suis resté blanc, c'est uniquement de rage contenue.

Franchir le seuil de la pauvreté permet juste de pousser la porte des grosses difficultés...

Ce personnage est tellement insignifiant que même avec des talonnettes, la seule chose que l'on remarque chez lui, c'est sa bassesse...

Les manifestations contre la réforme des retraites m'ont appris que c'est Sarkozy qu'il faut descendre, pas dans la rue...

La seule chose que l'on pourra jamais mettre au crédit de cette saloparkozy, c'est qu'il aura amené la France, déjà réduite à l'état de sous merde par Giscard, tellement bas que même les déclinologues pourront être virés...

Sarkozy est le champion de la promulgation de lois inapplicables... La raison en est simplement qu'il pense qu'un arrêté est forcément condamné

En France, aujourd’hui, enfin depuis une dizaine d’années, la principale cause qui fait que les jeunes, les pauvres, les Roms, les nègres, les arabes, les sans papiers, les juges qui les relâchent, les flics qui les repiquent, les chômeurs, les travailleurs, les afghans, les voyageurs, les gens du voyage, les suspects, les présumés innocents, les déclarés coupables, les évadés de prison, les évadés fiscaux, etc. ne se sentent pas en sécurité : c’est les VIEUX qui sont avec les journalistes les seuls à croire encore à la fable d'alcaloïda et des lapins dans les chapeaux à point nommés quand c'est la crise ! Strosscanicule !

Formidable en Haïti : 15 000 GI's débarquent dans un pays déjà en ruine...

Al Qaeda vous a déçu, essayez Osloïda...

Lorsque les gouvernances rendent les peuples impuissants, ceux-ci ne manquent jamais de se tourner vers des régimes totalitaires, lesquels perdurent alors en rendant les peuples anomiques. Rien de bien étonnant, alors, quand les valeurs sociétales ne sont plus qu’un vague souvenir, que les peuples se mettent à crier : qu’on les pende !

L'inconvénient des régimes totalitaires, c'est que les citoyens sont dans le kolymateur...

La maladie d'Alzheimer se caractérise moins par une incapacité à mémoriser que par une fabuleuse capacité à oublier... Parce que plus envie,... enfin ou non plus !

La fracturation est sans doute une méthode qu’aimerait employer l’anarschiste sur les huiles…

Un vilain petit canard est un cygne d’étang.

Le scion est le petit bout de la gaule ou canne à pêche… Dans la pêche aux voix, le sionisme, c’est la même chose vis-à-vis du gaullisme et ses dérives excrémement droitière… /

Voter socialiste : par défaut ou à la rigueur ?

La dette : Hollande veut nous en faire un fromage...

C’est depuis que Christophe Colomb a découvert l’Amérique qu’il y fait froid.

L’affaire David Sénat illustre parfaitement le degré de pourriture de nos hommes et femmes politiques, lesquels n’ont pas hésité à mobiliser des moyens disproportionnés et illégaux pour confondre une éventuelle taupe dans des affaires où Sarkozy est trempé jusqu’aux couydes (Clearstream, Bettencourt, et autres…), sous couvert de recherches de sources journalistiques ce que la loi réprouve… Cela écrit, M. Sénat, sur France Inter (02/09/2011) a fait montre d’une parfaite hypocrisie quant au fait que, s’il était éclaboussé par les miasmes, c’est bien parce qu’il se complaisait dans le pourri… Cayenne n’est peut-être pas cher payé… Mais c'est aussi (et il en est grand temps !) aux citoyens de réfléchir aux raisons qui les poussent encore à accorder quelque légitimité que ce soit à des voyous, voire des criminels. Sinon qu’ils ne viennent pas se plaindre !

Quand on vote pour une pourriture, il ne faut pas s'étonner que la société se décompose.

Pourquoi Hollande a-t-il décidé de perdre du poids ? Parce que Tulle l'a dit bouffi !

Presque cryptée / Banon : la seule chose qui n’aura aucune suite dans sa tentative de viol, c’est sa plainte… Quoique, je crois souvent l’entendre, parfois relayée par celle des milliers de femmes violantées.

On l’a échappé belle ! On aurait pu avoir une bite (DSK) comme président de la république… On a déjà un couillon !

Ce soir, je faisais remarquer à ma compagne que je ne pouvais pas imaginer quelle quantité de violence, il fallait mettre en œuvre pour violer une femme… Alors même que j’ai parfois honte quand je parle de certaines pourritures dont je pense qu’on gagnerai à les pendre ! C’est pour dire…

Hollande : À hue, plutôt (pas Robert), à dia, cause toujours, mais du côté de la Frêche, sans état d’âme…

Aubry de Meaux : Copé collé ?

Montebourre le mou : démon dyalisé ?


Le monde n’est pas ce qu’il est, il est comme on le laisse !

J'ai tellement peur de la mort que je me demande si je vais encore avoir le courage de continuer à vivre.

Quand je serai mort, je sens que je vais me manquer cruellement, d'autant que j'aurais bien aimé fêter le bicentenaire de ma naissance de mon vivant !

Savez-vous pourquoi les suppôts de sarkozy n’aiment pas les arabes ou les nègres ? C’est parce qu’ils se rendent bien compte que la plupart d’entre eux parlent mieux le français et sont plus raffinés que le camembert président !

Aujourd’hui, nous ne savons plus rien opposer que des émotions au cynisme politique… L’indignation est de celles-là et signe notre impuissance à agir.

L'amitié entre les peuples serait beaucoup plus facile à faire si nous n'avions pas la bêtise de croire que nos chefs d'États la souhaitent… Et si parfois, j'éprouve du ressentiment envers certains peuples, c'est parce que j'oublie trop vite la responsabilité de leurs dirigeants.

Lorsque les politiques agitent la notion de concurrence libre et non faussée, c'est pour mieux cacher que les grandes entreprises se sont entendues secrétement pour nous voler.

Si Chatel ne veut pas que l’on scolarise les enfants dès l’âge de trois ans, comment fera-t-il pour qu’on les fiche ?

Je réfute totalement la formulation : " grands de ce monde ". Dans nos régimes démocratiques, les grands de ce monde devraient davantage se rappeler qu'ils sont à notre service et les peuples devraient davantage se rappeler que la rébellion est toujours salutaire.

Catherine Fourest à la télé : elle ne parle pas, elle barabegouine.

La décohésion sociale est probablement le moteur le plus puissant que des cerveaux malades ont mis en place pour s’assurer que les enfants des classes moyennes, inférieures donc, laborieuses ou pas, ne puissent jamais réussir aussi bien que les enfants des classes promises à la domination par le libéral fascisme… C’est quand même sans compter sur les efforts consentis par de nombreux parents pour compenser ce que l’école et plus généralement les sociétés ne pourront bientôt plus apporter en termes de culture, de savoir, d’accès à la citoyenneté, d’implication professionnelle, d’altruisme, de sociabilité, de patriotisme, etc.

Chaque fois que les États-unis ont envahi un pays, c’est parce que toutes leurs manœuvres préalables (déstabilisation économique, politique, sociale, syndicale, médiatique, culturelle, environnementale, etc.) avaient échoué. Dans CIA, il y a C comme criminel… I comme ignominie et A comme angélisme !

Inutile d'aller voter : les marchés s'en chargent. Le déni de démocratie, déjà très palpable depuis de nombreuses années (toujours ?) a atteint des sommets avec la nomination, à la tête des gouvernements italiens et grecs, de gens qui n'ont pas vocation à être élus, qui ne se présenteraient probablement pas devant les peuples, puisque ce ne sont que des techniciens de la finance au service des puissants tenants de l'ultra libéralisme, autrement dit de la domination criminelle d'un petit nombre sur tous les autres maintenus de force dans un état de faiblesse.

À l'UMP, à propos du plagiat, on ne dit plus Copé collé, on dit Rama Yadé (Plaidoyer pour une instruction publique (Grasset)).

Neveu de Charlemagne, Roland était probablement myope : "J'ai bien cru que c'était un héron, ce veau !"... Quand ça n'était qu'un olifant rose !

Les éléphants au PS : Hollande dans le rôle de Babar... DSK dans celui de la trompe !

Mort pour la France : Quelle France ?

Lorsque Sarkozy propose que le 11 novembre commémore tous les morts pour la France, je suis bien obligé de me demander : Quelle France ?

Ne faudrait-il pas, pour commencer, que ce gugusse commence par œuvrer pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple ? Morts pour la France de la droite extrême, déjà incarnée par Pétain, lequel saura vingt-deux ans plus tard, lui donner ses lettres de noblesse bassesse !

Morts pour la France, les collabos… Parce qu’ils avaient perdu face aux terroristes ? Qu’en serait-il si Laval, Hitler et quelques autres avaient gagné la guerre ? Honorerions-nous encore les résistants ?

Morts pour la France, les gens de l’OAS…

Morts pour la France, les algériens, les sénégalais, y compris quand la soldatesque souchienne les eût massacrés dans les camps dès lors qu’ils avaient l’audace d’y manifester ?

Morts pour la France, les mercenaires grassement payés au Sénégal, en Côte d’Ivoire, en Afghanistan ou les assassins en Libye ?

Morts pour la France, les gendarmes à Ouvéa ?

Morts pour la France, Yeiwéné Yeiwéné, Jean-Marie Tjibaou ? Morts pour la France, les accidentés du travail, y compris les pompiers et parfois les flics ?

Morts pour la France, les travailleurs immigrés noyés dans la Seine ou d'une balle dans la tête ?

Morts pour la France : nous tous quand cela viendra et tous ceux qui nous ont précédé ?

Si la France ne sait honorer que ses soldats, alors qu’elle est seule responsable des guerres qu’elle déclenche, alors cette France-là ne mérite pas que l’on soit patriote. Il n’y a que la France qui voudra la paix et l’amitié entre les peuples qui vaudra que l’on croie en sa grandeur. Aujourd’hui Sarkozy nous entraîne dans un autre chemin, quand, par exemple, au nom de la dette dont il est seul responsable, il nous incite à détester les grecs, les italiens, les allemands, les irlandais, les slovaques, les suisses, les maghrébins, les nègres, les chinois, les socialistes, les écolos, les RMistes, les pauvres, les assistés, les handicapés, les inaptes, les accidentés, les malades, les fous, les jeunes, les SDF, les sans-papiers, les autres, tous les autres…

Il finira bien à ce que l’on déteste les morts pour la France !



Les peuples ne se soulèvent jamais d’eux-mêmes, même quand leurs gouvernements ont trop appuyé sur les leviers de l’injustice sociale.
Les révoltes populaires sont le prélude à des putschs soigneusement préparés par d’autres défenseurs de l’injustice sociale qui souhaitent exercer le pouvoir.

Parfois , on peut arrêter, pour un temps, de s'interroger sur les fortunes quand celles-ci nous offrent de partager un moment d'esthétisme.

Ce qu'il y a de plus enthousiasmant dans la civilisation occidentale de consommation et de concurrence libre et non faussée, c'est que bien des gens auront finalement passé la plus grande partie de leur existence à remplir des poubelles et à courir les trocs et puces.

Nicolas Sarkozy dit : « On n’a pas de dignité quand on ne peut survivre qu’en tendant la main ».
Tout dépend de l’arme qui la prolonge…

Hollande : "En 2012, enfin, c’est nous qui imposerons la rigueur !"
Eva Joly : "Oui, certes, mais à la condition que nous ayons des ministères…"

Le plus souvent, ça ne sert à rien de dire à un con qu’il est con, ça le rend plus con… mais qu’est-ce que ça fait du bien !

Ce que les marchés n’ont pas pu réaliser par les armes, sous Hitler, seraient-ils en passe de le réussir avec Merdkozy ?

Les peuples sont souvent très cons… C’est la raison pour laquelle il existe deux sortes de salauds : les salauds de droite qui en profitent et les salauds de gauche qui font semblant de dire le contraire. Cela permet aussi de comprendre pourquoi les régimes totalitaires ont toujours autant de succès !

Mon médecin est Cynique, mais me parle d’Épicure !

L’important, ce n’est pas ce que nous faisons, mais l’idée que les autres puissent croire que ce le serait.

Les hommes politiques et les gangsters ont un point commun : c’est leur propension à se débarrasser de leurs lieutenants aussitôt qu’ils pensent qu’ils pourraient leur faire de l’ombre… Dommage que ce ne soit pas le contraire !

La pensée complexe est au commun des mortels, ce que le dérailleur est au cycliste amateur.

Lorsqu’une femme reproche à son mari de ne pas arrêter de courir après des pouffiasses, il me semble qu’elle devrait se rappeler qu’elle fut peut-être la première avec qui il avait couché !

Si quelqu’un vous dit : « Je me tue à te le répéter… ». Tendez-lui votre revolver et qu’il en finisse !

N’ayant qu’une queue-de-cheval, il m’est difficile de vous parler de mes tresses. Cela écrit, ce n’est pas la raison qui fait que je suis fidèle.

Lorsque l’on atteint l’âge canonique, cela veut souvent dire que l’on est devenu trop vieux pour être artilleur.

Ce qui est dommage avec les moments jubilatoires, c’est que ce n’arrive que tous les cinquante ans !

Il ne sert à rien d’élire un président de la République au suffrage universel, c’est-à-dire par le peuple, si ce président tient le peuple pour débile au point d’invalider le résultat d’un référendum quand il n’est pas favorable. Il ne faut donc pas s’étonner que ce président se comporte comme un voyou, d’abord, puis comme un criminel, ensuite, puisque rien, ni personne, ne s’y oppose vraiment.

Les professeurs, comme leur nom le suggère, ne sont pas nécessairement favorables aux châtiments corporels.

Quoique qu’en dise Copé, le débris de Meaux, Sarkozy est bien un ennemi pour la raison que beaucoup pensent qu’il faut l’abattre… S’il n’était qu’un adversaire, il faudrait juste le battre. C’est une question de A et de notation.

Je trouve qu’Aréva Joly n’EPR pas trop bien son avenir politique… Et vous ?

Dans les affaires d’agression sexuelle, il ne faut jamais confondre les jeunes récidivistes ordinaires qui sont des criminels et les malades importants même s’ils n’en sont pas à leur premier coup d’essai tiré.

Entre la lutte et la fuite, je choisis l'oubli.

La compromission est la première étape vers la connivence, puis la vénalité, enfin la corruption.

Si l’ignorance prédispose à l’optimisme, le savoir ne conduit pas nécessairement au pessimisme… C’est dommage !

L'Europe veut se doter d'un nouvel hymne : la Marchéyes...

D’habitude, l’alternance, c’est un coup à gauche, un coup à droite, un coup à gauche… Avec Hollande, ce sera l’uppercut et on ira au tapis pour le compte !

Voter utile revient à se couper le doigt avec lequel on aurait pu tirer avec la Kalachnikov… Heureusement, il reste le majeur pour un doigt d'honneur !

Parmi toutes les conneries qu’il a proférées, Dieu aurait dit : « Croissez, multipliez, soumettez la nature… » L’homme l’a pris au mot et a opéré sa gigantesque entreprise de dénaturation.

Quand Sarkozy découvre que le traité de Maastricht et la constitution européenne sont de mauvais textes, il oublie trois choses : 1) les peuples qui les avaient parfaitement analysés et voté NON ; 2) qu’il les leur a imposé de façon inique et non démocratique parce qu’il ne jurait que par ces textes ; 3) de démissionner pour incompétence. S’il disparaissait du paysage, ce serait peut-être la seule chose bien qu’il ferait de sa chienne de vie.

Il y a sans doute quelque signe de puérilité, sinon d’immaturité à prétendre que la corruption est un élément d’accompagnement du pouvoir autant dans son accession que dans sa conservation. C’est la raison pour laquelle il devrait être obligatoire d’éliminer sans état d’âme tous ceux qui exercent ou ont exercé un pouvoir et, préventivement, tous ceux qui manifestent leur intention de le détenir.

La grandeur de la France : depuis que Sarkozy lui a piqué ses talonnettes, elle est redevenue ce qu’elle n’avait cessé d’être, mais qu’on nous avait soigneusement caché !

Lorsque Naomi Klein parle de stratégie du choc, elle n’envisage que les cas où ce sont les dominants qui imposent des soumissions aux dominés, au prix de violences, de meurtres ou de tortures. Il est vrai que l’histoire montre que ce sont plutôt ces cas de figure qui s’observent le plus souvent. Mais inversons la donne. En ces temps de crise où les dirigeants espèrent bien nous imposer des restrictions et de la rigueur, imaginons un instant que la stratégie du choc, c’est nous qui la leur imposions et qu’on les vire, à défaut qu’on les massacre. Faudrait juste qu’on tente l’expérience pour voir si ça marcherait. Qu’est-ce qu’on a perdre, finalement, quand on mesure ce qu’ils risquent de nous imposer comme souffrances injustifiées dont on ne se relèvera pas ? Nos petits enfants non plus !

La démocratie est un mot que le bâillon des dominants nous fait ravaler et qui nous étouffe d’autant mieux que nos mains sont inutiles puisque nous n’avons même pas pris le temps de poser nos chaînes.

Je suis né en 66 avant DSK, (juif ?) crucifié par la presse...

C'est surtout dans les côtes que je me sens le plus encyclopédiste pour la raison qu'avec l'âge, je marche davantage à côté de mon vélo.

Je me dis que cela doit être bien rassurant pour les personnes qui vivent à côté de moi de se rendre compte que je ne vieillis pas moins vite qu'elles... Et surtout que je serai crevé avant !

Torero : boucher à l'arène...

Sarkozy, qui est très con pourtant, n’a réussi qu’à être le président des riches… Hollande arrivera-t-il à être le président des cons ? Ça se pourrait bien surtout s’il reste sur un registre où l’imprécation lui fait office de programme politique... À moins que, comme il l'a dit à Berlin (décembre 2011) : ""Vous avez fait des réformes importantes en Allemagne. En France, elles n'ont que trop tardé". Parmi les réformes allemandes qui urge(raie)nt, on peut citer la baisse des indemnités chômage, le développement de la précarité au travail, la baisse de la taxation des bénéfices des entreprises, le relèvement de l'âge de la retraite, etc.

Les conservateurs sont à la politique ce que les arômes sont à la cuisine : le moins possible ou tout devient indigeste.

Plutôt que de s'apitoyer sur les proies, on ferait mieux de reconsidérer leur rôle dans les écosystèmes... De la même façon, je n’arriverais sans doute jamais à comprendre pour quelles raisons, un trop grand nombre de personnes accordent autant d’importance à certains intellectuels, journalistes, artistes, politiques et autres désœuvrés, car à bien y regarder, si ces gugusses ont tant de temps à perdre pour coucher sur le papier quelques idées, et tenir, parfois, des propos susceptibles d’intérêt , c’est bien parce qu’ils bénéficient du travail de leur boucher, de leur épicier, de leur tailleur, de leur maçon, de leur couvreur, de leur plombier, de leur marchand de journaux, de leur libraire, de leur éboueur et tous ces obscurs sans lesquels ils crèveraient de faim, de froid, mouillés, et vivraient, ignorants, dans leur merde et leurs poubelles. Relatif, non ?

À propos de parité : Les femmes sont plus battues que les hommes, les femmes sont plus violées que les hommes, les femmes sont plus au chômage que les hommes, les femmes sont plus longtemps plus pauvres que les hommes… Faudra-t-il que les hommes se battent pour arriver à les égaler ?

Il ne sert à rien d’élire un président de la République au suffrage universel, c’est-à-dire par le peuple, si ce président à peur du peuple au point de ne se déplacer qu’entouré d’une armée de gens d’armes… Mais qu’il se rassure, s’il doit être victime d’un attentat, celui-là aura été programmé par ses amis les plus proches qui le tiennent peut-être déjà dans leurs cartons ?

J’ai de plus en plus de mal à entendre certains discours comme, par exemple, ceux que l’on nous sert : Dette, Durban, Réchauffement climatique, Crise de la Dette, Chère Ô dette, etc. ou encore pour retarder la fin du capitalisme, inéluctable, pourtant : il faudrait produire plus, mais aussi consommer plus, tout en polluant moins en travaillant plus, mais en diminuant le coût du travail en licenciant davantage pour rassurer les marchés afin que les entreprises embauchent et que le chômage baisse…. Et si l’on prenait le problème autrement et qu’à termes, on fasse le constat que la plupart des productions industrielles sont totalement inutiles au bien-être des populations, parfaitement contraires à l’idée du développement durable et à la protection des ressources naturelles, des environnements, de la santé publique, de la cohésion sociale, de la sécurité des biens et des personnes, etc. et que cela ne serait pas synonyme de retour à la bougie et au moyen âge que de se passer de télévision, surtout au vu de ce qu’elle propose comme niaiseries, d’abord ; de téléphone portable sachant que les contacts directs sont quand même plus enrichissants ; et plus généralement d’une quantité invraisemblable d’inutilités dont la seule fonction est de nous installer seulement dans un rapport aux objets strictement fusionnel et dépourvu de toute humanitude… Quand nous pourrions privilégier d’autres manières de se parler, de s’écouter, de s’entendre, de se toucher, de se sentir, de se tâter, de se palper, de se goûter, d’échanger, de savoir, d’apprendre, de découvrir, de tester, d’imaginer, d’inventer, de créer, de rêver, d’utopier, de vivre aussi. Sur ce, je referme mon écoutille sur mon igloo… Je ne l’ouvrirai plus que lorsque cela en vaudra, peut-être, la peine, sinon c’est mon couvercle que je refermerai sur mon cercueil et vous pourrez crever, après, si vous ne l'avez pas déjà fait, déçus et frustrés !

J'aime bien les bruyères de mon jardin. Je trouve que ce sont des plantes qui ont du caractère.

Dans mon jardin, je mèle ancolies et soucis. Je trouve ça gai, comme on dit chez les Zoulous.

L’injustice la plus indicible, à mon entendement, est que des gens très haut placés puissent être aussi cons quand tant de gens modestes sont si intelligents. Ce qui m’interpelle, c’est que je ne saurai sans doute jamais ce qu’il adviendrait si des gens modestes accédaient à quelque haute responsabilité. Ce qui me rassure, c’est que, quand ce sera la révolution, couper la tête d’un con, me semblera moins cruel que de le faire sur une personne qui n’aurait pas eu la malchance de le devenir. Relatif, non ?

Aujourd’hui jeudi 8 décembre 2011, nous avons enfin eu la possibilité de visionner la vidéo du Sofitel (Diallo qu’on pelote contre DSK ou approchant ?) dans laquelle les deux agents de sécurité se congratulent et entament un pas de danse de 12 secondes… Je ne vois pas ce qui est tellement intrigant dans cette affaire. Je suppose qu’ils ont appris que Lyon avait passé, hier soir, sept buts à Zagreb et était qualifié pour les huitièmes. Et basta !

A propos de cupidité (Réponse à Nicolas)

On peut essayer la prodigalité…

Le problème que tu soulèves (appropriation - abusus) est de nature thermodynamique. Il est lié au fait que les êtres vivants ont un rôle et un seul pour faire tourner la planète, c’est d’échanger de la matière et de l’énergie afin que la mort de certains organismes assurent la survie et la reproduction des autres… C’est une forme de générosité par le sacrifice. À ceci près que la dimension informationnelle que sous-tendent ces échanges voudrait que nous le fassions avec la plus grande parcimonie. C’est le rôle de la biodiversité. Mais l’homme, parce qu’il est profondément dé-naturé (catholicisme oblige, par exemple), n’a de cesse que de thésauriser, d’amasser, etc. à la fois par crainte pour son avenir matériel sur Terre (Le paradis, n’est que fiscal), mais aussi pour assurer sa domination sur des individus plus faibles ou dépendants de ses avoirs (famille, esclaves, ouvriers, etc.). Et tout cela, à la grande différence des écureuils qui amassent aussi, mais sans jamais nous casser les couilles, sauf quand ils nous cassent les noix.

La solution, je le crains, est dans l’extinction massive. Pol Pot s’y était collé. D’autres avant lui, et je suis bien sûr que d’autres y pensent déjà.

Imagine le chemin à parcourir pour éduquer, sinon convaincre, les humains à l’idée d’un partage équitable et économique de ce dont nous aurions besoin comme matière et comme énergie*… Les trois quarts des productions industrielles ne sont-elles pas totalement inutiles, sauf à nous installer dans un rapport nombriliste à l’objet, source de domination ou d’envie ?

Le salaire de citoyenneté pourrait être une voie à tenter… Cela fait plus de quarante cinquante ans que j’en parle sans autre résultat que de m’avoir fait comprendre qu’elle pouvait bien être ma place et mon statut dans une société : nulle part et rien et c’est déjà beaucoup.

En guise de morale : Pour le luth final, rien ne sert d’utopisser dans un violon.

*PS : Cela ne veut pas dire que je souhaiterais que l'on en revienne à l'uniformité (d'apparence) des communismes (stalinien principalement) et qu'on soit tous dans le Kolymateur. Je veux dire qu'il faudrait que l'on se re-naturalise, que l'on accepte enfin de re-devenir des bêtes dont la très grande majorité des espèces est d'abord altruiste, ce qui ne va pas sans quelques conflits, mais à portée limitée... Par exemple, le crime n'existe pas.

​​Il n'est jamais trop tard pour exprimer une idée puisque le plus souvent elle a de l'avance.

Si Hollande continue ses babardages, au PS, ça va barder… enfin, peut-être, si les socialistes sont capables d’autre chose que des vabardages !

Dans la vie, j'aimerais ne rien faire, mais je n'ai pas le temps.

Pour que l'histoire ne soit plus un éternel recommencement, il faut tout simplement cesser de répéter les mêmes erreurs. Élémentaire, non ?

Les pneumopathies, on en rechape ?

Pourquoi n’arrive-t-on jamais à ne remplir que la moitié supérieure d’un verre ?

Si le climat se dérègle, c’est peut-être parce qu’il y a trop de gens qui pensent qu’ils peuvent faire la pluie et le beau temps.

La vie est un long fleuve tranquille, mais, des fois, ça déborde.

Quelqu’un a-t-il déjà lu un roman scié ?

Les violons en porcelaine avec chasse d'eau incorporée, ça reste une utopie, non ?

Ce qui a déterminé Brutus à assassiner César, son père, c’est que la veille, celui-là lui avait dit : « Schaddocki estis, nolite me Pompeius ! » (Tu n’es qu’un shaddock, arrête de me Pompée ! )

Si la température de la Terre continue d’augmenter, on aura moins besoin de se chauffer, conséquemment la quantité de CO2 rejetée va diminuer et la température de la Terre va baisser. C’est cyclique, non ?

Le véto s'est couché tard.

Les lacs des barrages hydroélectriques sont privés de courant. Paradoxal, non ?

Il n’est sans doute pas inutile de rappeler le passé peu glorieux de l’entreprise L’Oréal pour mesurer quelle empreinte il laisse sur un ancien directeur des « ressources humaines » promu ministre de la rééducation sarkozyste et qui le vaut bien. Salutaire, non ?

Avec Hollande, le pays bas ?

Si les médias à la botte des classes dominantes prennent autant de soin à nous enfumer, c’est parce qu’ils pensent que nous ne sommes que des andouilles.

Tout le monde a des travers, même le porc.

Je ne sais pas quelle est l’autorité bien intentionnée (?) qui a incité les réfugiés, déplacés, migrants et autres demandeurs d’asile à se massacrer les doigts au prétexte de rendre leurs empreintes digitales illisibles… C’est une parfaite idiotie dans la mesure où ces mutilations incitent à la déduction automatique d’une intention de fraude, même si cette intention de fraude n’existait pas. Une aubaine pour Guéant qui n’a plus trop à se préoccuper d’instruire des dossiers, a priori, frauduleux. Finalement, heureusement, parce que rien n’aurait empêché que les migrants ne se coupent toutes leurs premières phalanges ou je ne sais quoi d’autres pour passer inaperçu !

Bizarreries de la langue française : il y a toujours une apostrophe dans « des engueulades ».

Par quelque bout qu'on le prenne, la mort est toujours un accident de la vie, n'en déplaise aux assureurs militants.

C’est parce que les élites n’ont jamais eu d’autre intérêt que de se goinfrer qu’elles finissent toujours par provoquer des crises, lesquelles sont un formidable instrument pour démontrer, par l’absurde, l’illégitimité de leur dominance. Les élites n’ont jamais pu imaginer quelque autre moyen de résoudre leurs crises que d’en faire supporter les conséquences à ceux qu’ils dominent, lesquels n’ont guère d’autre choix que d’y répondre par de l’agitation sociale. Les élites savent parfaitement utiliser cette agitation sociale pour exacerber les peurs et les angoisses des plus dominables, car les plus attéchés à leurs petits avoirs (vieux, petits bourgeois des classes moyennes, etc.) lesquels n’auront pas d’autre aspiration qu’un retour à l’ordre par le biais d’un chef fort et issu de l’élite. Cela s’appelle le fascisme, lequel finit par apparaître comme une solution pour les élites pour rester riches, puissants, beaux, bien éduqués, en bonne santé et à ne rien foutre qu’à se goinfrer et une aspiration des dominés pour rester pauvres, ignorants, malades, stressés, mais au boulot et à leur place… C’est pour cela que ça marche à tous les coups jusqu’à la prochaine crise. On est vraiment cons, non ?

Entendu à propos de Chine atone : "Hé ! Jacques ! Nicole sonne... "

Le pape n’est jamais qu’un hypochrist…

Si la croix de Lorraine possède quatre bras, c'est parce que si l'on avait dû y crucifier Degôl, on aurait pu aussi lui clouer les oreilles.

L’association des gynécologies obstétriciens s’insurgent : « Ouvrir une boîte de pâtée pour chiens de race West Highland White Terrier n’est pas une césarienne ».

Statistiquement, les habitants de la ville d’Arras ne sont pas plus atteints de burnout qu’ailleurs, par exemple, à Bucarest.

Les chevaux, même s’ils s’emballent, ne sont pas des cadeaux.

Marie-Madeleine en parlant de Jésus : à Lyon, on s’en est tapé une bonne tranche.

Meilleurs nœuds pour l’an veuf.

Comme disait Frazier : Noël au Tyson , Pâques des gnons !

Les deux seules tentatives de mondialisation qui ont pu avoir du succès dans certains domaines, ce sont les guerres de 14-18 et celles de 18-2012.

Quand on a trente ans, on devient trentenaire.
Quand on a quarante ans, on devient quadragénaire.
Quand on a cinquante ans, on devient quinquagénaire.
Quand on a soixante ans, on devient sexagénaire… Yeah !
Mais quand on a vingt ans, il n’y a pas de mot.
Je propose contenaire.
En espérant qu’il soit assez vaste !

L’avantage d’une loi sur la diffamation telle qu’elle existe, entre autres, dans notre pays, c’est qu’elle permet, sans preuve du contraire et dans la très grande majorité des cas de classer ceux qui s’en servent dans les catégories suivantes : malfrats, gangsters, maffieux, corrompus, prévaricateurs, pourritures, hommes de main, voleurs, et j’en passe. L’avantage de la société dans laquelle ces diffamés opèrent, c’est qu’ils peuvent demander à la justice de leur rendre l’honneur qu’ils n’ont jamais eu… Ce qu’elle fait en toute injustice, surtout pour un euro symbolique !

Les affairistes savent parfaitement ne maculer qu’un seul côté du paravent que leur tendent les politiques : celui que les juges ou les journalistes ne veulent jamais voir.

Il ne faut pas confondre l'origine des espèces et les débuts de la carte bleue.

Le secret avec les femmes, c’est de les faire, à tous coups, rire et même partir à point.

À propos de télévision : Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais plus l’on améliore la qualité des récepteurs, écrans plats au quart de pixel et autres avancées technologiques… et plus les émissions qu’on nous proposent sont d’une médiocrité indicible… Allez comprendre, sauf à admettre que nous sommes bien cons de continuer à payer la redevance ! Je le fus et même très con, parce que j’avais cru que la télévision pouvait être un formidable moyen d’enrichissement culturel de masse. J’ai cessé d’y croire le jour où j’ai entendu Bouyges défendre son exception culturelle laquelle m’avait fait l’effet d’un bloc de ciment comme celui qu’on met aux pieds des maffieux en disgrâce. Ça n’est pas la moindre des salo-peries de Mitterrand… Qu’en panse Hollande ?

Il est peu probable que l’on connaisse des policiers d’extrême gauche… sauf suicidés ?

La police n’aide pas au maintien de l’ordre, seulement à celui des inégalités sociales.


Les métiers de policier et de militaire sont les seuls où les individus qui les pratiquent peuvent bénéficier d’un peu de reconnaissance pour les seules qualités qu’ils possèdent : la bêtise et la méchanceté.


Si le peuple était assez intelligent pour comprendre qu’il gagnerait à abandonner tout comportement criminel aux seuls politiques, il n’y aurait pas besoin de flics… Quelle économie, d’autant que cela ne changerait rien à la situation existante !


Si l’on a supprimé les polices de proximité, c’est juste pour être sûr que les flics ne soient plus jamais au contact avec des humains de peur qu’ils contaminent les moins abrutis.


Si les flics ne portent pas de muselière, c’est parce qu’ils sont plus cons que des pitbulls.


Si Sarkozy veut faire entrer le général Bigeard au panthéon, c’est qu’il est persuadé qu’il est l’inventeur du steak haché.


Le seul moyen d'arriver à la vérité est de douter, d’abord et toujours, qu'elle puisse nous être révélée... sans arrière-pensée… surtout par des politiques, des curés et autres astrologues !


De la même façon qu’il y a une incompatibilité absolue entre être de gauche et policier, il devrait y avoir une incompatibilité absolue entre être enseignant et de droite. Être de droite présuppose que les individus seraient déterminés essentiellement par l’inné (fric, piston, composition des culottes sur le cul et des petites cuillères dans la bouche et tout autre formulation équivalente, etc.). Être de gauche voudrait que l’on espère d’abord et surtout que l’altruisme, la générosité, le partage, entre autres, soient des moteurs suffisamment puissants pour permettre à ceux que l’inné (voir ci-dessus) a négligé, de mettre en pratique les incomparables qualités intellectuelles et humanistes qu’on aurait bien voulu étouffer chez eux. Autrement résumé, les profs de droite sont des escrocs et des pourritures. C’est sans appel !


La bibliothèque a été très longtemps le plus bel outil dont s’était dotée l’espèce humaine pour offrir gratuitement et sans limites, les accès aux savoirs qui auraient pu faire avancer plus encore nos humanités. La télévision a eu cette chance, mais elle s’est galvaudée. J’espère qu’Internet aura suffisamment de ressources et de sagesse pour ne pas se laisser corrompre.


J’entends souvent dire que ce sera Sarkozy ou le chaos… J’aimerais mieux entendre que ce sera Mélenchon ou la guerre civile. Au moins, on aurait à choisir !


Il ne faut jamais laisser les chevaux s'intéresser à nos petites affaires de peur qu'ils ne s'en mêlent... surtout si l'on mesure quelles difficultés on aura à les démêler.


Certains journalistes, chroniqueurs, éditorialistes ou commentateurs sont tellement malhonnêtes intellectuellement que l’on sera bientôt obligé de parler de France Un Faux.


Le petit journal de Canal+ n’a de journal que petit.


Elkabbach est au journalisme, ce que sont le boudin noir, les maquereaux au vin blanc et les concombres à la gastronomie… D’aucuns trouvent ça bon sur le moment parce qu’ils ne se souviennent plus des relents qui accompagnent leur disgestion.


À l’instar des concierges, Bayrou bignole et se prend pour une peoplette.


Les militaires français sont très très cons pour n’avoir pas encore compris que les Afghans n’avaient pas besoin qu’on les forme à l’art de la guerre puisque ces va-nu-pieds, mal armés, voire analphabètes, avaient vaincu, en moins d’un siècle, les meilleurs armées du monde occidental : l’armée anglaise, l’armée soviétique, l’armée américaine… OTAN pour les crosses !. Il est, dès lors, parfaitement normal que certains de nos braves pioupious, devant ce constat, se sentent soudainement très abattus. Et moi de même, puisqu'ils vont nous coûter très cher !


Nous ne sommes plus dans la perspective de nous demander si telle ou telle théorie scientifique est vraie ou pas… Mais de nous demander pour quels intérêts financiers les scientifiques roulent-ils ? Le temps arrive où les scientifiques, comme le furent les politiques, seront regardés comme des pourritures. Bonjour la barbarie !...


Comme dit Yannick Noah : Il ne faut pas confondre racket de tennis et redressement fiscal, soutien à Hollande et retour du fisc prodigue.


L’avantage pour une femme de se suicider par pendaison, c’est que cela supprime le plus souvent les traces laissées par les doigts sur le cou. Cela explique d’ailleurs les statistiques anormalement élevées pour cette méthode par ce sexe.


Il serait juste que Hollande paie, au prix fort, ses déclarations quant à la lutte contre les chefs de bandes et les fraudeurs (discours du 22/01/2011) alors qu’il ne trouve rien de mieux que d’inviter Noah pour soutenir sa candidature… Il est vrai qu’il n’a sans doute pas connu l’abbé Pierre dans les années 50-60, avant que sa note ne se dégrade aussi, irrémédiablement (si l’on peut dire !).


Hollande, dans ses discours, apparaît comme le champion du mou et le champion du flou… Attendons-nous donc à ce qu’il ne nous annonce qu’il nous mettra dans la mouise pour se goinfrer de flouze.


Lorsque les Afghans (Taliban ou pas) auront bientôt gagné la guerre contre l’Occident, ceux qui sont appelés terroristes aujourd’hui seront alors vénérés comme résistants, à juste titre et heureusement… Sinon, il faudra que nous repensions sérieusement à reconsidérer le statut de ceux qui sont morts pour la France dans leur lutte contre l’envahisseur nazi.


En cette journée du travail sur France Inter et à propos dudit : Je suis à la retraite, officiellement depuis le 1e septembre 2010. Depuis, je n’ai pratiquement pas changé mon rythme d’activité, pas vraiment par nécessité bien que je me plaise à continuer à renseigner mon site Internet pour les quelque cent mille visiteurs, par mois, qui viennent y lire une ou deux pages, mais parce que cela fait partie de ma façon de vivre, de me tenir informé, d’apprendre, de savoir, de partager, d’instruire, de militer, de m’opposer aux cons, aux salopards, aux nantis, aux bourgeois, aux salauds et aux multiples innommables surtout de droite et de plus en plus de gaulle moche qui nous envahissent et sabotent notre monde. Je commence donc ma journée le lundi matin, vers 6 h 50, c’est-à-dire à l’heure où ma compagne se lève pour partir à l’école primaire de Plouhinec (elle a 63 ans passés, et une classe de 22 CP-CE1) et je la termine vers 1 heure du matin, parfois plus, c’est-à-dire à l’heure où ma compagne estime qu’elle a terminé de préparer sa classe, de corriger ses cahiers et est en mesure de passer à autre chose. À part le samedi où nous bullons un peu le matin et le dimanche après midi traditionnellement consacré à quelque ballade ornithologique, c’est notre emploi du temps quotidien… Alors quand j’entends Hollande parler des enseignants qui consacreraient 37 ou 38 heures à leur travail par semaine, je le renvoie à ses estimations à la Noah. Mais là n’est vraiment la question, puisque le travail d’enseignement n’est pas seulement une question de temps passé devant son ordinateur, un livre, un fichier de préparation, une méthode de lecture ou des copies à corriger. Le travail d’un enseignant est fait d’un long temps d’intégration des savoirs, d’un long temps de maturation des savoirs, d’un long temps de digestion des savoirs, d’un long temps de rumination des savoirs lesquels, hors quelques émissions de méthane, seront proposés comme pré digestats à des enfants ou des étudiants, lesquels feront de leur possible pour les assimiler sans qu’il soit trop besoin de leur filer du bicarbonate. Alors, je veux bien, ou plutôt, j’aurais bien voulu que l’on m’impose de passer plus de temps encore dans mon bureau quand j’étais prof comme le voudraient Sarkozy et Chatel … Parce que, moi, j’avais un bureau à la fac… (Et, comme voisin, l'âne Martin fait recteur sarkozyste... Quel destin !) Seulement pour cela, il aurait fallu que je dispose d’un ordinateur performant, mais pas sur mes fonds propres, d’une imprimante performante, mais pas sur mes fonds propres, d’un scanner, mais pas sur mes fonds propres, d’une connexion Internet digne de ce nom, mais pas sur mes fonds propres, d’une machine à café, mais pas sur mes fonds propres, d’un fauteuil digne de ce nom, mais pas sur mes fonds propres, d’un fond sonore sur France Inter, Musique ou Info, mais pas sur mes fonds propres, des livres dont je me servais constamment, mais pas sur mes fonds propres, des revues professionnelles indispensables, mais pas sur mes fonds propres, d’un siège en bon état pour mes visiteurs étudiants et autres, mais pas sur mes fonds propres… Toutes ces commodités, je me les suis offertes sur mes fonds propres. Et comme je le précisais, j’avais un bureau… Or pour autant que je le sache, les enseignants dans les lycées ou les collèges ne disposent d’aucun bureau pour y recevoir leurs élèves, les parents ou bien y préparer leurs cours… Comme le précise ma compagne (qui lit par-dessus mon épaule), il faudra construire un immeuble de bureaux près de chaque collège et lycée si l’on veut que chaque prof dispose d’un bureau pour y passer une vingtaine d’heures par semaine ou plus. Sarko est un gros malin jusqu’à ce qu’on lui mette le nez dans sa crotte (il ne mérite pas la nôtre).
23 janvier 2012


Tant qu’il n’a pas décollé, sauter d’un avion sans parachute n’est pas le moyen le plus sûr de monter au ciel.


Je ne comprends pas vraiment pourquoi les gens de droite qui se disent tellement plus intelligents, tellement plus méritants, tellement plus capables, tellement plus estimables, etc. aspirent autant à ce qu’on les protège et à ce qu’on les aide à conserver leurs privilèges. Il serait normal qu’ils renoncent à tout ce que la société solidaire fait pour les indigents et assument ainsi leurs responsabilités et leurs propos.


Alternance ou prophétie circulaire ? Après le sarchaozysme, attendons-nous Hollande main qui déchante…


Désolé Monsieur Hessel, j’ai beaucoup de respect pour un certain nombre de vos propositions, particulièrement celles qui engagent une réflexion sur des questions de société… Mais lorsque vous vous mêlez de soutenir des personnages pour le moins douteux, je vous le demande humblement : fermez-la ! Rien ne vous permet de croire que vous seriez un missionnaire chargé de nous révéler quelque vérité que ce soit.
Je constate que deux ou trois jours après que j'eusse commis cette éructation, M. Mélenchon écrit : clic... Il a sans doute raison d'être moins véhément que je ne l'ai été. Je n'oublie pas toutefois que M. Hessel avait soutenu DSK avant qu'il ne tombe pour ignominie. Il se pourrait aussi que si Hollande ne tombe pas de haut, c'est nous qui pourrions être précipité dans la fosse à merdre.


Les députés UMP, ayant bien conscience que leur candidat Sarko allait se ramasser aux présidentielles, les entraînant dans sa chute, ont donc choisi un nouveau candidat : Hollande et une nouvelle étiquette : l’UMPS.


Votez Bayrou, votez futile,
Votez Le Pen, votez butyle,
Votez Sarko, votez rutile,
Votez Joly, votez inutile,
Votez Hollande, votez mutile.


Il n’est pas étonnant, face aux propos que tient Chatel sur les réformes de l’école, que certains finissent par s’étrangler. Le pire, c'est que ça nous pend tous au nez.


Je ne suis pas absolument sûr qu’il faille tant que cela craindre que les médias boudent Mélenchon… En 2005, ces mêmes médias nous avaient largement snobé, voire pris pour des cons lorsque nous avions défendu le non au traité constitutionnel. Pourtant, l’activisme des nonistes avait payé puisque, à l’encontre des poncifs régulièrement distillés pour abrutir le bon peuple ignare, ils avaient proposé des grilles de lecture et d’analyse de ce texte, y compris des annexes, que la plupart des politiques n’avaient même pas lu. Aujourd’hui, ces mêmes journalistes, dans les mêmes postes et à la solde des mêmes intérêts, font constamment injure à l’intelligence des petites gens, partant comme acquis qu’elles ne comprennent rien, ne savent rien, n’analysent rien, ne proposent rien. Laissons les bêler et faire tout le bruit qu’ils veulent au point de ne rien entendre de ce qui va leur péter au nez. Continuons de lire, de comprendre, de renseigner, d’analyser, de proposer, d’instruire, de partager, de surfer sur la toile, de publier, de poser des questions, de chercher des réponses, de façon que personne ne puisse plus jamais nous dire que nous ne sommes rien bons qu’à nous vider pour que d’autres se remplissent, que nous ne sommes rien bons qu’à nous priver pour que d’autres se goinfrent. Comme si le passage des hommes sur Terre ne valait rien pour les peuples et seulement pour les élites. Ça suffit ! On a assez perdu de siècles comme cela à écouter les mêmes discours. Ça n’est pas un homme qui changera cette condition, ni jésus, ni adolf, ni joseph, etc. ou un quelconque avatar… C’est une politique menée autour d’un programme, pas autour d’un homme… Pour la raison que seul, et même bien entouré, il n’aura jamais assez de recul pour éviter de tomber dans les pièges du pouvoir, des honneurs, de la célébrité, de l’idée qu’il serait tellement devenu important. Juste un programme : virer les Dalton et mettre l’humain au centre dudit programme.
Cela écrit, je voudrais rappeler qu’un programme politique, ça n’est pas la bible ou je ne sais quelle vérité révélée. C’est une réaction à l’idée que l’on se fait de ce que devrait être une société plus juste quand l’injustice a trop pris le pas sur la solidarité, quand les inégalités sont devenues insupportables, quand la fraternité s’est fondue dans les individualismes forcenés ou quand la concurrence entre les individus fausse totalement l’idée que l’on pourrait se faire de la liberté. Ce sont quelques bonnes raisons pour accepter qu’un programme, ça évolue, ça s’adapte, ça progresse, ça s’enrichit ou bien ça se remet en question. Alors s’il faut un homme pour porter un programme, je veux bien que ce soit Mélenchon. Mais s’il faut une constitution pour graver le programme dans le marbre, il faudra penser à doter chaque individu du peuple d’une masse assez lourde pour le briser quand cela sera nécessaire, c’est-à-dire dès que l’on aura oublié les raisons pour lesquelles on avait pensé à se réunir autour d’un programme ou d’un homme porteur de ce programme.
Aujourd’hui et avec le recul que nous offre l’Histoire (ou les Histoires), toute autre approche de la politique qui voudrait privilégier des individus et des castes, est insupportable et relève de la préhistoire. C’est évidemment vrai pour les politiques de droite quand des individus sont assez sots pour imaginer qu’ils sont mieux que d’autres parce qu’ils auraient plus de pouvoir. C’est évidemment vrai des politiques de gauche quand elles sont portées par des hommes et des castes qui ne rêvent que d’être acceptés à droite.


Il ne faut pas confondre : silence des agneaux et shut up les lambdas !


Les personnes qui nous disent que les femmes, quand elles portent un voile sur la tête, sont nécessairement des femmes qui subissent les violences dominatrices des hommes feraient bien de s’interroger sur les raisons et les violances qui conduisent certaines femmes à choisir de se donner la mort.


Par Toutatis, à défaut de clovisses, je ne vois aucun mal à baptiser mes huîtres au Sancerre.


La classe dominante est aux arbres ce que la tronçonneuse est aux classes moyennes.


Le sondage d'opinion est à la politique ce que la sonde gastrique est à l'alimentation et réciproquement.


Le criquet est à la conscience, ce que le base-ball est à l'érotisme et réciproquement.


Je pense qu’il serait plus juste que l’on parle d’attentat-sacrifice plutôt que d’attentat-suicide, en attendant au moins que les terroristes d’aujourd’hui soient considérés comme les résistants de demain quand ils auront gagné la guerre qu’ils ont entrepris, à tort ou à raison…


Il ne faut jamais oublier que quand une autruche se met la tête dans le sable pour échapper au danger, elle offre son cul au premier qui passe...


La propriété intellectuelle n’a strictement aucun fondement, ni même de sens autrement que d’être du vol… Je défie, en effet, quiconque qui pourra me citer une seule invention qui ne doivent rien qu’à son inventeur.


Les conservateurs en politique, c’est comme dans la soupe, cela ne sert qu’à nous la resservir indéfiniment, même quand elle est tournée.


Travailler le dimanche... Et la messe, nom de dieu !


Si la propriété c’est le vol, le petit propriétaire n’est pas forcément un voleur…


Comme disait Jésus, enfonçons le clou !


Ah, six des occises ribaudes nues cléerent !…


Laïcité : Pas question de combler le trou du culte !


La désobéissance est le sabotage de ceux qui n’en portent pas.


Il n'y a aucun risque à fréquenter un nain prudent.


Il est parfaitement possible de faire des photos osées avec un nain pudique.


Il ne faut pas confondre nouvelle Frêche et mémoire outre-tombe sinon on passe pour un crâneur.


Peut-on bien comprendre pourquoi un nain populaire n'est jamais applaudi ?


Un nain propre est finalement un inadapté.


Il est parfaitement normal qu'un nain poli dise des gros mots.


Un nain pie n'est ni tout noir, ni tout blanc, c'est comme les hébreux.


Le formatage n'est pas formateur.


Au siècle des lumières, il n'y avait pas l'électricité... Aujourd'hui qu'elle existe, c'est l'obscurantisme qu'on nous vante.


Quiconque prétend libérer quelqu'un pense d'abord à l'enfermer davantage.


​Les êtres civilisés sont tout sauf des militaires démobilisés.


Message personnel : Les sanies de Sarkozy rejoignent les égouts par le bouc émissaire…


Être de droite signe fondamentalement une profonde inadaptation sociale.


L’Europe lâche les chiens et c’est l’émeute en Grèce…


​Pourquoi est-il devenu nécessaire et important de rappeler que la citoyenneté se mérite et que, pour ce faire, il est impératif que chacun ne cesse jamais d'avoir une part active pour analyser et comprendre chaque composante de la société qui le fait vivre. Tout renoncement à ce savoir, toute remise à plus tard, tout abandon à quelque propagande que ce soit, prédispose à l'aliénation et à l'esclavage. Le pire étant que dans une société démocratique, lorsque la majorité renonce, c'est toute la société qui est trahie. C'est d'ailleurs sur ce renoncement que comptent les puissants pour asseoir leur domination en riant très fort et hurlant : " Quelle bande de connards ! "


Rien ne presse du moment que ça arrive à temps.


Paradoxe : C'est probablement à cause de la Grèce que les rouages du capitalisme vont se trouver grippés...


Il y a quelque chose d’incroyablement paradoxal dans la situation où le président Sarkozy, notoirement incompétent dans à peu près tous les domaines qu’il prétend réformer, se targue d’imposer que soient évaluées et notées les compétences de tous ceux qu’il devrait ou aurait dû écouter.


Je préfère que les peuples aient la liberté de disposer d'eux-mêmes que de ma personne.


Obama aura eu au moins un mérite, c’est d’opposer un démenti formel aux propos de Guéant quand il prétend qu’il y a des civilisations qui sont supérieures à celles des bougnoules ou des nègres… pour la raison que ce salopard l’est tout autant que pourrait l’être un blanc. En écrivant cela, je ne pense pas faire de contresens majeur sur le sens que Guéant donne au concept de civilisation…


La révolution est sans doute le seul moyen raisonnable qui permet aux indignés de ne pas céder à une révolte qui pourrait les dépasser... Rien ne servirait, en effet, de botter des culs dans la plus complète pagaille.


Il fut un temps où l’on pouvait craindre qu’une partie de ceux qui votaient pour le F_haine étaient des individus déboussolés par les politiques menées aussi bien par la droite la plus stupide que la gauche la plus félonne… L’autre partie étant constituée par des imbéciles, ce qui ne préjuge en rien du degré d’imbécillité des déboussolés… Aujourd’hui, et dorénavant, après la raclée que la LePen* a subie de la part de Mélenchon, seuls les imbéciles voteront F_haine et pour cette raclure, pour la raison qu’ils changeraient obligatoirement de vote s’ils voulaient bien imaginer un instant comment elle pourrait défendre notre pays menacé avec de telles postures autistiques. Non seulement cette sotte n’a aucune dimension politique, encore moins présidentielle, mais elle n’a pas davantage d’honneur lequel lui dicte de se retirer… et d'aller polluer ailleurs !

[* Pour ceux qui ont pu lire quelques chroniques des pâtures, je l’avais nommée Bernique… pour la raison qu’elle était bien incapable de quitter, même momentanément, les rochers de la côte de granites névroses.]


On vous ment, on vous spollue…

Institut de sondage CSA : Fait partie du groupe Bolloré…
IFOP : Propriété de Laurence Parisot, présidente du MEDEF…
Institut BVA : Propriété de Vincent Bolloré…
OpinionWay : Piloté par Sarkozy avec quelques anciens d’IPSOS
Ipsos : Piloté par Sarkozy, Giacometti & Co
TNS Sofres : Sur mesure pour le candidat du Medef Sarkholland



​La peur et le choléra ont le même effet sur les sphincters... La peur est plus sélective !


Tout le monde sait bien, aujourd’hui que la crise de la dette est une formidable escroquerie qui vise à ce que les créanciers via les banques s’enrichissent au-delà de l’imaginable aux dépens des peuples voués à la misère et à la rigueur. Les hommes politiques le savent et ne font rien. Soit ils sont impuissants, alors on les vire. Soit ils sont complices et on les pend. Combien de morts faudra-t-il qu’ils provoquent avant que l’on se décide à faire ces opérations de salut public ?


J’aurais une certaine propension à penser que si des agriculteurs sont malades à cause des pesticides qu’ils ont répandus pour nous empoisonner… eh bien, c’est bien fait pour leur nez ! Parce que ça fait quarante ans qu’on leur demande d’arrêter et de gagner leur vie autrement qu’en empoisonnant la terre, les sols, les oiseaux, les insectes, les mousses, les lichens, l’air, l’eau, nos ovaires, nos couilles, de facto nos enfants… Et ils nous ont ri à la gueule. Qu’ils crèvent !


Il paraît que Sarkozy bénéficie, selon l’article 67 de la constitution, d’une clause d’inviolabilité… Pourtant une très large majorité de nos concitoyens dit qu’il n’est qu’un enculé… Serait-il consentant ?


Beaucoup trop de Français sont comme les journalistes : Des connards… Ils gobent n’importe quelle information sans la vérifier et se la repasse jusqu’à ce qu’ils soient convaincus qu’elle est vraie. Un exemple récent pourrait être celui de Sarkozy truquant sciemment des chiffres ayant trait aux effectifs d’élèves scolarisés (400 000 en moins au lieu de 149 000 en plus) et au nombre de postes d’enseignants (45 000 en plus au lieu de 61 000 en moins). Plus le mensonge est gros, mieux il passe et pire, il en reste toujours quelque chose de pourri chez les imbéciles !


La malhonnêteté intellectuelle est, à mon entendement, le pire des comportements qu’on puisse avoir. Cela me donne, invariablement, des envies irrépressibles de meurtre pour la raison que je ne vois guère d’autres moyens pour extirper cette malfaisance qu’un bon curetage de la boîte crânienne avec une balle de .45, non chemisée de préférence pour qu’elle ait tout loisir de rebondir !


La stratégie de Hollande : C’était quand même plus facile de me traiter de « gros con », avant, que, maintenant, de « maigre con », car j’ai perdu du poids… surtout dans les sondages !


La stratégie de Hollande : Je fais beaucoup de propositions... Mais le moment venu... Promis ! je m'abstiendrai !


Le gourmand s'étouffe de trop manger, l'abstinent périt par trop jeûner, dommage que l'abstention laisse le socialiste en bonne santé...


C’est plus facile d’être éclairé quand on a des lumières…


Certains français de souche, particulièrement visés ceux qui agressent Audrey Pulvar et son compagnon au nom du F_haine et la Lepen, ne sont pas que des voyous, ce sont des souche-merdes.
Quand à Marine le Pen, elle est comme les étrons : indécrottable !


La mort est le seul moment qui nous fait craindre la solitude. Adieu Giraud.


​Le poids des ans ne serait rien à porter si nous pouvions garder toutes nos forces en vieillissant...


Le rayonnement de la France :
La France fut donc impérialiste : Combien de morts, cela fit-il ?
Elle fut chrétienne : Combien de morts cela fit-il (croisades, hérésies, construction des cathédrales, etc.) ?
Elle fut guerrière, raciste, pillarde, cruelle : Combien de morts, cela fit-il ?
Elle a toujours manifesté une obscure détestation pour son peuple, pour ses paysans, ses ouvriers, leurs libertés, la fraternité dont ils étaient capables : Combien de morts, cela fit-il ?
Elle n’a jamais accordé de mérites qu’à la violence de ses élites bourgeoises, aristocrates et oligarches, dont le seul idéal reste la soumission : Combien de morts, cela fit-il ?



Il est très facile de noter le moment où un gouvernement cède à la tentation d’une dérive fasciste : C’est quand il opère une fusion, qu’il voudrait parfaite et totale, avec le monde des affaires et de la finance.


La dénonciation d'un crime commis par le pouvoir est souvent et longtemps réprimée plus durement que le crime dénoncé... et parfois même après que le pouvoir a changé de main.


Les pires ennemis de la gauche, ce sont ceux qui font croire qu’ils y appartiennent et font miroiter de jolies réformes qu’ils ne mettront jamais en œuvre, mais qui leur assureront une rente de situation confortable… Tout cela parce qu’ils sont bien persuadés que les petites gens ne sont que des alouettes, sottes, irréfléchies, naïves et faciles à duper. Mais, derrière les alouettes, quand elles chantent dans le ciel, il y a le soleil qui fait pleurer et baisser les yeux…


Le ressentiment qu'on peut éprouver envers les salopards peut être tel que l’on ne résiste pas à l’envie de les inviter à partager un bon moment au cours d’un lynch.


La gestion des personnels, réduits d’ailleurs à n’être plus que des ressources humaines, est devenue insupportablement cruelle. Au point, qu’au-delà de la capacité à supporter les souffrances qu’elle induit, bon nombre d’employés, de salariés, de professeurs, de cadres, de policiers, etc. se donnent la mort… y compris dans l’entourage des DRH. Il est devenu urgent de refuser que ces comportements perdurent plus longtemps. Il est devenu urgent de rétablir l’ordre naturel qui veut que les hommes soient égaux et que l’on ne puisse pas leur appliquer des traitements inhumains. Il est devenu urgent de virer les méchants Dalton autant que les bêtes Dalton et tous les Rantanplan. Il me semble que l’on nous propose un moyen simple : l’insurrection citoyenne. Pensez-y !


Le grand duc nous disait : " Ma femme est chevêche et si je fais pipi dans ma hulotte, elle me crie et ça m'effraie. "


Le mythe de Sisyphe… Hollande pousse inlassablement devant lui la seule proposition qui ne mène à rien : la rigueur.


Un tueur qui tombe bien… mal !...

Je ne crois pas qu’il puisse y avoir des indignations à plusieurs niveaux vis-à-vis des crimes quand ils touchent des enfants.
Je suis tout autant indigné par ce qui s’est passé à Toulouse que je le suis pour ce qui se passe toujours ou s’est passé en Palestine.
Je suis totalement indigné quand on me parle d’antisémitisme quand ce serait de l’antisionisme.
Je suis totalement indigné quand on me parle de communauté juive ou de communauté musulmane quand on devrait parler de français.
Je suis totalement indigné quand on ose assimiler un français dont les parents ou grands-parents sont venus d’Afrique du Nord à un musulman sans se demander s’il ne serait pas catholique - ce qui est le cas pour un des militaires assassinés - ou tout simplement mécréant, ce qui est halal, je veux dire permis dans notre République.
Je suis totalement indigné par l’indécente récupération que font certains politiques de ces drames ou de l’instrumentalisation qu’en font le gouvernement et le chef de l’État à des fins électorales soigneusement camouflées par une grosse émotion et d’abondantes larmes de crocodile.
Je suis totalement indigné que l’on nous fasse croire que la Patrie serait en danger de terrorisme extrême, ce qui justifierait toutes sortes de plans destinés à installer durablement la peur de l’autre quand, dans le même temps, on nous serine que ce serait l’œuvre d’un fou paranoïaque dont on devinerait ou saurait peut-être déjà les motivations islamistes, salafistes, néonazistes ou dérivistes.
Je suis totalement indigné par ma propre propension à formuler l’hypothèse que cette affaire pue la manœuvre dans un moment où sur l’échiquier politique en devenir, beaucoup de choses changent et risquent de changer davantage encore et qu’il n’est pas bon pour certains que cela soit.
Je suis totalement indigné à l’idée que si cette hypothèse venait à être démontrée ou simplement plausible, il ne manquerait pas de chiens de garde pour crier au complotisme… Il est vrai que ce serait une première dans l’Histoire qu’un crime puisse servir des intérêts politiques.
Je suis totalement indigné qu’un homme ait pu être à ce point intoxiqué par le climat délétère et de haine que l’extrême droitisation a installé… Qu’il soit fou ou qu’il soit l’homme de main d’un groupe de puissance.
Je suis totalement indigné par l’indignité dans laquelle nous nous complaisons parfois ou surtout, que nous ne pouvons pas dénoncer faute d’accès à la parole publique ou aux relais médiatiques officiels et aux ordres des pouvoirs en place.
Je suis totalement indigné à l’idée qu’il faudra bien que je désespère de certains hommes.

Maintenant, je me tais. Je fais silence au moins pour une minute et je vais tenter de réfléchir à la manière dont je pourrais parler de cette affaire si j’avais des petits bouts de 2-3 ans en maternelle à qui je voudrais présenter les prémices d’une citoyenneté.




Les yeux sont le miroir de l’âme… C’est d’ailleurs leur vacuité quand on est mort qui pourrait laisser croire qu’elle existait et qu’elle est partie ailleurs !


Les terroristes n’existeraient pas sans les États qui les instrumentalisent, les arment et s’en débarrassent aussitôt qu’ils ne peuvent plus servir ou qu’ils pourraient trop en dire. Sinon, ce sont des résistants et inversement !


C’est la cohérence d’un texte qui doit nous guider dans l’analyse que l’on peut en faire, jamais l’idée que l’on se fait des intentions qui motiveraient l’auteur.


Une condition essentielle pour espérer accéder un jour à la démocratie est de déclarer les lobbies hors la loi pour la seule raison qu’ils ne défendent pas l’intérêt général, mais seulement des intérêts très particuliers. C’est sur la table que l’on discute et que l’on avance des arguments, pas par-dessous où si les mains sont sales, personne ne le remarque.


Les gens de droite sont des pourritures qui ne méritent aucune pitié. Ces gens-là, quels que soient les mérites ou la richesse qu’ils pensent détenir, font tous d’incroyables efforts pour ne pas se sentir redevables vis-à-vis de tous ceux qui ont contribué, le plus souvent par pur altruisme, à ce qu’ils sont maintenant : des parents aimants et attentionnés, des enseignants dévoués, des professionnels appliqués, des collègues bienveillants, etc. Et ces gens-là n’auraient rien à restituer ? Pas la plus petite reconnaissance… Juste l’idée de se goinfrer quand tous les autres peuvent crever. Les saletés ont une destination finale… Sachons les y conduire.


On ne devrait jamais oublier que la transmission des savoirs ne sert qu’à élever des enfants au rang de citoyens autonomes et émancipés.


L’incapacité dans laquelle se trouvent un certain nombre d’individus, généralement blancs et supérieurement civilisés, à imaginer que des hommes ou des femmes ayant vécu à des époques plus ou moins lointaines et/ou dans des pays plus ou moins éloignés et, nécessairement sauvages, aient pu être très intelligent, tout simplement parce que c’était des hommes ou des femmes dotés du même cerveau que celui que possédait notre plus ancien ancêtre, signe leur incommensurable bêtise et les ravale au rang de la plus sotte des créatures qu’ils n’imaginent pas avoir sous les yeux quand ils se regardent dans une glace puisque probablement, ils la recherchent derrière en contournant le miroir.


Parisot à raison de parler de terreur… Les collabos ont toujours associé la résistance au terrorisme, jusqu’à ce qu’ils perdent (la vie, le pouvoir, la liberté, la raison, etc. soulignez la mention qui vous convient ou rajoutez celle qui vous convient mieux).


Il y a des gens dont on dit que seul le train ne leur est pas passé dessus… Ce n’est pas obligatoirement le patron de la SNCF qui le contredira.


Les gens qui n'ont pas la capacité à imaginer l'avenir autrement qu'en se tournant vers leur passé pour la raison qu'il leur aurait été favorable, feraient bien d'arrêter d être méprisants à l'égard de ceux qui tentent de créer les conditions d'un avenir meilleur pour tous ceux dont le passé fut désastreux. Leur attitude et leurs discours sont une violance* insupportable à laquelle il y a deux manières de répondre : on les vire démocratiquement ou on leur botte le cul. Personne ne peut survivre avec le ressentiment. Il arrive toujours que l'on atteigne la ressatiété. Et les gens qu'on vomit, on les tire à la chasse.


Remarquablement et selon les critères occidentaux, un dictateur est un individu auquel le principal reproche qu’on commence par lui faire, c’est qu’il s’oppose à la liberté… dont aimeraient jouir inconsidérément ceux (du camp de la civilisation supérieure uniquement) qui aimeraient piller les richesses du pays pour leur propre compte. Une dictature est d’autant plus impitoyable que les richesses du pays sont redistribuées au peuple auquel on permet de s’éduquer, de se soigner, de se nourrir, de disposer de soi, etc. Dès lors, parvenus à ce stade, un dictateur et son peuple sont promis à toutes les manœuvres d’intimidation, de manipulation, de propagande, d’accusations mensongères (massacre de civils, détention d’armes, terrorisme, etc.), largement reproduites et véhiculées par les média menteurs lesquels se réfugient toujours derrière la dérision (complotisme) ou l’accusation de discriminations (l’antisémitisme marche de ce point de vue remarquablement bien).


Il suffit de faire demi tour pour qu'un virage à droite devienne un virage à gauche et réciproquement.


On peut toujours prétexter que l'on n'a pas le temps pour tout connaître... On risque seulement d'avoir beaucoup de temps pour regretter de ne pas l'avoir fait quand il en était encore temps.


La France, vous l’aimez, alors quittez-la !


En France, la fascisation qui était rampante jusqu'à peu est maintenant à visage découvert sous la cagoule…


Éric Zemmour n’est rien qu’une flatulence : il fait du bruit, il étonne, il pue et ne laisse rien d’autre, finalement, qu’un mauvais souvenir.


Le fascisme progresse, il a même des gyrophares pour aller plus vite et des armes pour tirer dans le dos…


Je n’ai aucune confiance dans Hollande dont il faudrait bien que l’on regarde de près la manière dont il a géré le PS quand il en était le premier secrétaire (je ne ferai aucun commentaire sur ses affaires privées, chacun étant parfaitement en mesure de les faire soi-même). Il est évident que s’il applique à la France les méthodes qui lui sont familières, il arrivera très vite à ce que la détestation pour la chose politique, soit telle qu’elle ouvrira toute grande la porte à n’importe quelle racaille fascisante, le P_haine ou autre. Cela écrit, le choix qui nous est laissé est, une fois de plus, un choix par défaut dans lequel il faudra choisir entre la peste brune de Sarkozy et le choléra chiasseux de Gouddha… Voter en se pinçant le nez n’a jamais auguré de quoi que ce soit de bon… Qui se souvient de l’appel à voter Chirac de DSK quand il portait encore à droite ? Toutes les supputations sur d’éventuels sursauts législatifs en faveur de Front de Gauche me laissent dubitatifs pour la raison que les propagandes en faveur du président du Médef_renouveau feront voler en éclat le peu de raison qui subsiste chez bon nombre de nos concitoyens. La victoire qui se dessine ne sera pas celle de la gauche ou celle de Pyrrhus, mais celle de l’oligarchie synarchie qui a déjà fourbi ses mesures pour installer la dictature extrême droitière vers laquelle nous fonçons tête baissée. Sibyllin, non ?


Rien ne sert d'essayer de convaincre des personnes qui préfèrent le confort de leur ignorance à l'inconfort du savoir... C'est aussi la raison pour laquelle elles choisiront les tyrans obscurs plutôt que les lumières humanistes.


Si le taon le permet, les vaches restent tranquilles...


Chacun peut évidemment voter selon sa conscience… et dans conscience, pour certains, il y a science et pour d’autres, il y a con.


Si un adulte frappe toujours un même enfant tout en en cajolant un autre... L'enfant frappé aura tendance à haïr l'enfant cajolé et ne saura probablement jamais s'en prendre à l'adulte. Cela vaut aussi pour comprendre certaines situations absurdement criminelles comme celle qui existe depuis plus de soixante ans entre Israël, la Palestine et la Communauté internationale...


Quand on entend holocauste, il ne faut pas comprendre voyage à bas prix, même si ce fut le cas !


Sacerdoce : Travailler pour les autres avec la certitude qu'ils s'en contrefoutent !


Le mérite présuppose deux conditions : Une soumission absolue à l'autorité et une grande capacité de nuisance vis-à-vis des subordonnés.


Comme on disait dans le Nord : Le pouvoir... corons !


Force m’est de constater que le plus souvent les absurdités sont le fait de personnages davantage intéressés par des pots-de-vin, des avantages divers, des plans de carrière, la célébrité ou la satisfaction de leur fatuité que par le souci de l’intérêt général… Comme quoi la barbarie n’avait pas que des inconvénients…


Est-ce que dire que beaucoup de français ne sont finalement que des enculés peut être considéré comme un propos homophobe ?

Il ne faut pas confondre première dame de France et pavé dans la mare.

La jalousie est à l'amour ce que le doigt est au Porto.

Pourriture de juifs est sans conteste un propos antisémite insupportable que je répugne fortement à devoir écrire dans la circonstance présente, mais d’affirmer que certains d’entre eux sont des pourritures n’est que le constat d’une réalité que nul ne peut contester. J’ajoute que ceux qui osent, au prétexte qu’ils disent qu’ils sont juifs, nous traiter d’antisémite quand on dit que ce sont des pourritures, peuvent être qualifiés d’ignobles pourritures. Comprenne qui peut !

Ça n’est pas parce que l’on ouvre un parapluie en cas de précipitation que la vitesse diminue. Confondant, non ?

Peut-on se sentir confus après avoir été précis ?

Si l'espérance de vie en Inde n'est pas très élevée, c'est parce que le curry tue l'homme vite fait.

Se promener sous les épicéas n'a jamais rendu quelqu'un pessimiste... Qu'on se le dise !

Deux gendarmes viennent d’être victimes d’un banal accident du travail et y ont trouvé la mort… C’est navrant et très triste. Alors, le gouvernement décide de leur rendre un hommage national… C’est navrant et très injuste. Ce serait acceptable si le gouvernement décidait d’un hommage national systématique à tous les travailleurs quand ils trouvent la mort au cours de leur activité professionnelle, mais ce n’est pas le cas. Les seuls travailleurs qui y ont droit sont ceux qui défendent l’ordre, je précise, l’ordre bourgeois, c’est-à-dire le maintien des inégalités sociales qui permettent aux bourgeois de se goinfrer aux dépens des travailleurs tant qu’ils crèvent assez vite pour ne pas profiter de leurs retraites, entre autres !
Cela écrit, je n’irai pas cracher sur vos tombes même si vous avez fait de mauvais choix et opté pour la décohésion sociale. Même mort, j’aurai honte !

Il vaut mieux être averti que prévenu (Phantly Roy Bean).

L'information tue, tue !

La conférence de Rio : Bravo ! Nous serons bientôt et sans pitié, tous unis, verts, sales, lysés.

Un des intérêts du concerto pour la main gauche de Maurice Ravel est que le ou la pianiste qui l'interprète peut aussi tourner les pages de la partition avec la droite. (Céline Le Bruchec)

Ce qui distingue Hollande du Botrytis cinerea, c’est que ce dernier est une pourriture noble.

Savez-vous pourquoi Morano veut faire interdire Internet ? Alors, essayez les deux mots clés "Morano" et "con" sur Google, vous aurez la réponse : Environ 2 790 000 résultats en 0,31 secondes ; Soit la totalité de la population mondiale en 777 secondes, environ 13 minutes !

Ça n’est pas parce qu’une personne qui ne se lave jamais devient fort sale qu’elle est à vendre et réciproquement !

Je ne me réjouis jamais de la mort d'une personne... Je regrette juste qu'elle ait pris autant de temps et accumulé autant de retard.

Hollande : "Le changement, maintenant, c'est jamais !"

Football, crimes racistes, droitisation, enfumages : Il est vrai que les médias n'étant que les relais privilégiés de la propagande bourgeoise n'ont aucune responsabilité dans les dérives sociétales qu'ils inspirent, soutiennent ou confortent.

Stupre hématie blanche, un raccourci en forme de résumé...

Ferry, Shamir : No man's Hollande !

Je voudrais être très clair : je ne suis ni antiphobe, ni homosémite !

- Richelieu : "Sire, j'ai des nouvelles du siège de la Rochelle... "
- Louis XIII : "Accouche ! "

Lorsque l’on donne à connaître certains faits particulièrement ignobles, la plupart des gens simples refusent de croire qu’ils puissent avoir été commis par des politiques… Cela me conforte dans l’idée que les gens simples ne pourront jamais faire de la politique puisqu’ils sont incapables d’imaginer qu’ils puissent commettre des actions dégueulasses.

Une histoire pour mes obsèques : C’est un jour, un cheval qui se promène. Et alors, d’un seul coup, il voit des lapins qui courent. Alors, il dit comme ça aux lapins, pourquoi vous courez ? Alors, il y a un lapin qui dit comme ça : c’est les gendarmes, ils réquisitionnent tous les chevaux. Alors le cheval, il dit comme ça : Mais vous n’avez pas besoin d’avoir peur, vous n’êtes pas des chevaux. Alors le lapin, il dit comme ça : d’accord, on n’est pas des chevaux, mais allez donc expliquer ça à un gendarme.

Comprenne qui peut : La hiérarchie catholique soutenue par la partie la plus extrêmement droite de la société française ne veut pas que les hommes et les femmes se marient entre eux !

Si le journal satirique Charlie Abdos a besoin de l’Islam pour se couvrir de ridicule, les cathos ont Barbarin, ça devrait leur suffire !

Le complotisme est une des réponses opposée à ceux qui posent des questions lorsqu’elles embarrassent les comploteurs et les empêchent de comploter en silence.

Sarko à la baguette et Manuel valse !

Évolution : si on avait eu les doigts superposés au lieu de les avoir juxtaposés, on aurait sûrement inventé le piano vertical en place du piano horizontal.

Marine le Pen ne baise plus : elle souffre d’émigrhaine…

Palinodie : figure d’équitation bien connue des hommes politiques, Hollande, par exemple. Syn. : Volte-face.

Troubadour : vient du Breton Traou an douar, les choses de la Terre. Rien à voir avec trouvère qui vient de Verdi.

Animaux : Troubles de l’âme ( Voir à phonétique).

Chimère : Par exemple, le lapin de garenne - colombe.

Personne ne nous a jamais dit le nom de Joseph et Marie, les parents de Jésus… Et si c’était Arafat ?

Scoop : Truman Capote et son œuvre mis à l’index par le Vatican.

Contrôles d’alcoolémie ou plan vigie picrate ?

L’illusion d’être riche : faire son plein de gasoil.

2001, Odyssée de l’espace de Kubrick est un film qui nous donne, aussi bien de l’univers comme de la bêtise, une idée de l’incommensurable… C’est donc l’histoire d’un big bande, d’un orgasme fabuleux qui libère des ovnules et des spermatonautes. L’univers, au début, c’est un œuf, pas un œuf d’homme nécessairement. Un œuf d’être ultime, un œuf de Dieu si ça te chante, mon ange… Un œuf d’univers, en somme ou tout simplement, qui va se développer, croître, se reproduire et crever, en laissant derrière lui tout plein de petits univers. C’est ça que j’observe depuis l’intérieur de mon univers, de la même façon que mon insuline voit mon pancréas ou que ma bile voit mes calculs. En vérité, je vous le dis : il y a plein d’univers partout. Il est même fort probable qu’il y a déjà des problèmes de démographie d’univers, lesquels sont en train de tout saloper avec leurs pollutions. D’ailleurs quand on dit que les univers ont la forme d’une selle, ce n’est pas à celle du cheval que l’on pense sauf si on l’écrit comme crottin. Je vous laisse imaginer le travail des astronomes quand il va leur falloir ramasser tous ces univers pour en faire des tas avant que ça ne sente trop mauvais.

Pluriels singuliers :

Un deuil, des dieux,
Un seuil, des cieux,
Un écureuil, des nez curieux,
Qu’il le veuille, qu’il est vieux,
Mon œil, messieurs.

Ça n’est pas en procédant à des vagues d’arrestations dans les milieux du jogging que la police va mettre la main sur un criminel, même s’il court toujours.

Le paludisme est une discipline philosophique qui prétend, par la pratique du jeu, donner du sel à l’existence.

Le naturisme est un dogme chrétien qui prétend que l’âme est nue au paradis et qu’elle gagnerait à s’épiler.

Le priapisme est un culte consacré aux pommes et pratiqué par des gens qui font bande à part.

Le rhumatisme est une discipline philosophique censée donner du punch.

L’onanisme est une discipline philosophique qu’il vaut mieux pratiquer avec des bouchons d’oreille.

Le parallélisme est une doctrine philosophique qui tente d’expliquer pourquoi les rails de chemin de fer qui se rejoignent à l’horizon ne provoquent pas le déraillement des trains.

Toxicomanie : trouble addictif consistant à rechercher une aiguille dans une botte de joints.

Anne Boleyn est sortie de l’histoire avec une grande hache après y être entrée avec un grand lit.

Il ne faut pas confondre raz de Sein et petite poitrine.

C’est en lisant qu’on devient liseron
C’est en mouchant qu’on devient moucheron
C’est en bûchant qu’on devient bûcheron
C’est en bossant qu’on devient beauceron
C’est en perchant qu’on devient percheron
C’est en épiant qu’on devient éperon
C’est en chat-paon qu’on devient chaperon
C’est en quart temps qu’on devient quateron
C’est en l’aidant qu’on devient laideron
C’est en grattant qu’on devient grateron
C’est en tachant qu’on devient tâcheron
C’est en nappant qu’on devient napperon
C’est en moussant qu’on devient mousseron
C’est en payant qu’on devient perron

Le foulard n’est jamais à base de porc quand il est islamique.

Escherichou brocoli : bactérie responsable de flatulences quand on oublie le bicarbonate.

À banc donné, on ne regarde pas les pieds.

Chercher des brioches, c’est au mieux aller à Thouars.

Jésus n’est certainement pas né le jour de Noël puisqu’à l’époque ça n’existait pas !

Blouse : vêtement de protection contre les cafards.

Boudoir : petit biscuit à consommer quand on fait la gueule.

Bourdon : sorte d’insecte hyménoptère proche du cafard.

Brailler : haranguer les foules aveugles.

Boxer : pékinois de la taille d’un dogue.

Aïoli : sauce pour se protéger des vampires quand on dort.

On ne guérit pas de la peur du lendemain en habitant Hyères.

Déclinaisons :

Consommation : prospère Noël,
Bretagne : Quimper Noël,
Guirlandes : ampère Noël,
Araignée : épeire Noël,
Pauvre : désespère Noël,
Cuite : récupère Noël,
Conduire : tempère Noël,
Magazin : perd Noël,
Serpent : vipère Noël,
Chaussures : paire Noël,
Publicité : exaspère Noël,
Pape : expert Noël,
Sapin : repaire Noël,
Ex-journaliste : Mamert Noël,

Oignon : sorte de plante cultivée qui ne nous regarde jamais quand elle nous donne l’heure.

Sous-off : bande sonore du cinéma aux armées.

Oflag : petit drapeau en tissu de pyjama.

Ouailles : cri de la brebis qu’on égorge.

Ouate : sorte de fibre vendue au kilo par EDF.

Outrepasser : brûler avec un fer trop chaud.

Opiniâtre : sorte de foyer autour duquel on se forge des convictions.

Pagode : surtout pour raison de migraine.

Palindrome : champ de courses à reculons.

Palourde : coquillage léger.


Palefroi : cheval peureux.

Pandore : gendarme à la frontière espagnole.

Paquebot : navire plus court à bâbord qu’à tribord.

Parotide : glande salivaire des perroquets.

Pelouse : en Bretagne, terrain planté de vers qu’il faut tondre avant d’aller à la pêche.

Saccharose : mois des confitures.

Phacochère : sorte de sanglier à deux battants.

Piaffer : chanter en tapant du pied.

Pneumocoque : bactérie mieux connue sous le nom de zodiac.

Pointer : se dit des chiens qui montrent du doigt.

Cerclature du carré : beaucoup plus facile à démontrer que la quadrature du cercle.

Quadrijumeaux : octuplés.

Pupille : partie de l’œil qui a perdu ses parents.

Pulluler : se dit quand toutes les chouettes chantent en même temps.

Quartz : sable fin pour sabliers de précision.

Hara-Kiri : journal satirique interdit au Japon.

Laie : chemin emprunté par les sangliers un peu marteaux.

Laminé : chat écrasé.

Laitue : salade interrogative.

Lamproie : sorte de poisson que l’on remet à l’eau avant de pêcher l’ombre.

Jubiler : cinquante années sans rire.

Hispanique : crainte irraisonnée des Espagnols.

Lépreux : chevalier.

Limace : chemise qui traîne.

Logarithme : sorte d’échelle où les barreaux sont de plus en plus rapprochés.

Lombric : bas du dos des vers de terre.

Lointain : éloigné du miroir.

Lordose : raideur anglaise.

Losange : quadrilatère de sexe indéfini.

Ludique : façon de jouer avec les petits-beurre.

Médor : mois du chien.

Raidi : lendemain de ragaillardi.

On ne dit pas :

Le boulanger ne s’est pas levé,
Le pompier vainc sa peur,
Le boucher est avachi,
L’huissier est saisi,
Le bijoutier est en famille,
Le pâtissier est dans le pétrin,
Le matelassier est fiché au sommier,
Le menuisier est poursuivi par le parquet,
Le barbier lit le Figaro,
L’éclusier est ivre,
Le crémier est retourné,
Le ferrailler à la rouille,
Le tailleur est ici,
Le charbonnier a mauvaise mine,
L’écailler fait son beurre,
Le bailleur se dénonce,
L’horloger se montre,
Le quincaillier se pointe,
Jésus se passionne,
Dieu me tripote,
Le banquier taille la route,
Le braconnier se tire,
Le cafetier se sucre,
Le charcutier a des tripes,
Le tripier tient la hampe,
Le charpentier y croit,
Le corsetier vous soutient,
Le dentiste vous le jure,
Le droitier est gauche,
Le grainetier nous les casse,
Le ferblantier s’est éteint,
Le forestier est futé,
Le luthier est au violon,
Le lunetier est goguenard,
Le liftier est renvoyé,
Le concierge revient,
Le postier a des lettres,
La femme du potier est anglaise,
Le perruquier se fait des cheveux,
Le miroitier a le teint pâle,
Le plombier est dessoudé,
Le cordier file un mauvais coton,
Le paludier ne manque pas de sel,
La mercière a des boutons,
Le vitrier se tient à carreau,
Le cordonnier perd l’haleine,
Le tapissier s’y colle,
Le pistachier est aux toilettes,
L’hôtelier vous chambre,
L’aventurier a du chagrin,
Le chiffonnier est mahousse,
Le sommelier a de la bouteille,
L’armurier a du chien,
Le fourrier s’est transformé,
Le couturier préfère le faux-filet,
Le prisonnier a la rougeole
Le serrurier a de la peine,
L’usurier s’est pincé dans l’étau,
Le poissonnier s’arrête,
Le bonnetier se prend la tête,
Le puisatier ramène sa science,
Le sabotier est un goujat,
Le maçon est au pied du mur,
Le plâtrier est battu,
Le peintre est au bas de l’échelle,
Le couvreur est nu,
Le chômeur est sur la paille…

La neige, c’est de la pluie qui met un manteau quand il fait froid.

Coucher avec son âme sœur n’est pas une relation incestueuse.

Ça n’est pas parce que l’intestin grêle qu’il y a de l’orage.

Ça n’est pas parce que le conteur disjoncte que l’histoire est obscure.

Ça n’est pas parce qu’une femme est enceinte qu’il ne faut pas baisser le son.

Ça n’est pas parce que l’occasion fait le larron qu’on ne peut pas acheter du neuf.

Chewing-gum : friandise pour dessous de table.

Ça n’est pas parce qu’il y a une tempête de vent qu’on a pas froid derrière.

Plus on est de fous, plus on rit… Moins on est cons, mieux on déconne.

Le nerf de la guerre n’a pas d’odeur.


Baudroie : poisson qui se pêche à l’esche à lotte.


Je n'ai aucun conflit d'intérêt et aucun intérêt au conflit.


La France, après les cathos, le qatar...


Si les prisons françaises sont le terreau des terroristes islamiques (Valls), alors qu’on arrête d’y envoyer autant les africains.


Heureux les imbéciles, ils seront élus.


Liberté de la presse et liberté d'expression : trier dans le vomi donne surtout envie de dégueuler.


D'aucuns disent que la mort des homards plongés dans l'eau bouillante doit être terrible. Personnellement, je ne le crois pas : je n'ai jamais entendu un missionnaire venir s'en plaindre.


Merkel a trouvé Hollande vraiment corrézif !


Le scepticisme est une attitude qui consiste à se méfier des pourritures...


Le doigt dans l'oreille rend sourd...


UMP : Unisson avec Marine le Pen.


La compétitivité des entreprises aura du sens le jour où elles produiront des objets réparables, recyclables, ne portant pas atteinte à l’environnement, dans des usines où les conditions de salaire, de santé et sécurité, d’environnement, de respect des ressources, etc. seront les plus performantes… Alors s’il le faut, nous ferons le choix de payer ces objets apparemment un peu plus chers que les objets issus de la concurrence dite libre et non faussée, laquelle n’est qu’une escroquerie intellectuelle conduisant à une déshumanisation et à un saccage de la Planète.


Tout bien considéré, Jésus n'est rien d'autre qu'un zombie.


Savez-vous pourquoi les catastrophes naturelles comme l'ouragan Cindy quand elles s'abattent sur Haïti ne sont pas couvertes pareillement que lorsqu'elles touchent New-York ?... C'est tout simplement parce qu'il n'y a pas, sur cette île, d'hôtels jugés assez confortables pour accueillir les journalistes et les envoyés spéciaux !


Censure : disparution.


Pour en finir une bonne fois pour toutes avec les guerres, il suffirait de décider que le premier mort en soit celui ou celle qui accepterait d’en signer la déclaration.


Valls qui rit, c'est l'ordure... Hein ?


Mordieu ! De tout temps, les églises se sont opposées au progrès et à l’évolution du droit des peuples. Elles l’ont fait au moyen des guerres, des tortures, des supplices, des persécutions, etc. et quand cela ne suffit pas, elles usent d’imprécations, de blâmes, de stigmatisation, d’amalgames ou de propos haineux et violents. Il aurait mieux valu qu’elles se contentent de chasser les pédophiles en leur sein.

La suite: clic