La coronelle lisse : Coronella austriaca
®
La coronelle lisse (Coronella austriaca)



Voilà, vous m'avez vue. Vous m'avez reconnue.
J'ai saisi un lézard, sans doute vivipare
Et comme les boas, je l'étouffe déjà
Dans mes anneaux serrés… La mort est vite passée.

Je traîne ma proie plus loin, la présente avec soin,
La tête la première, l'avale toute entière
Et le corps et la queue, les petits dans les œufs…

Voilà, je n'ai plus faim. Je me glisse sous le foin…
Des feuilles de molinies qui forment un tapis
Sur cette lande sèche où nichent des grièches,
Quelquefois des busards, où souvent tard le soir,
Chantent les engoulevents…

_________________Où vous venez souvent.

Corniche de Pail, Villaines la Juhel.