Le céladon : Campaea margaritata
®
Le céladon (Campaea margaritata)



Aphrodite culbutée par un Dieu aviné,
Brutal et trop pressé, avare de caresses,
Se plaignit aux Dieux qui pensèrent s'en amuser.

__ Un goujat, un voyou, il joue les Héraclès…
Pas le temps de dire oui, déjà, il me délaisse.
Voyez, des bleus partout, sur le corps, sur les fesses…
Quant au plaisir, balpeau, il fait ça en vitesse,
Genre... façon... caribou ! Pour un peu, il m'agresse !
Pourrait brouter ma pomme, Pâris vaut bien une messe…
M'embrasser sur mon corps sans une once de graisse.
Je fais même pas d'efforts ! Chez les Dieux de la Grèce,
Jamais rien à bouffer, leur pognon, leurs sesterces
C'est tout dans l'hydromel et en vain, pour l'ivresse !…
__

Éole déjà gonflé de vents prenait le pet.
Jupiter fulminait et mit en perce un foudre.
Impatiente, Cérès avait du grain à moudre.
Tous les Dieux exigèrent qu'elle leur fichât la paix.

Mais faire taire une femme, frustrée et en colère,
Autant signer la paix au milieu de la guerre.

__ Je connais un berger qui arpente et qui guide
Ses troupeaux de moutons en province d'Astrée…
Un amant délicat qui me laisse languide,
Défaite, anéantie, à chaque fois en progrès…
Et ça dure des heures ! Vous dirais-je sa verdeur ?
__

Les Dieux très irrités et empreints de raideur,
De celle qui sied quand il faut rendre la justice
Aux mortels dont ils croient qu'ils auraient tous les vices,
Condamnèrent sur-le-champ le berger, bon amant,
En papillon couleur du sulfate de fer,
(Céladon, la nuance qui convient à ce vert)
Et sa chenille d'aller pour toujours arpentant
Sur les troncs, sur les branches et les rameaux pendants.

Lampe UV, Jardin de Kerpotence, Hennebont.