®
Caprices d'un Dieu



Bélier était content, tout marchait à merveille.
Virus caressait dans le sens du poil
Tous les chiens policiers, se privant de sommeil
Et sur des mesures fortes, enfin levait le voile,
Pour mettre un coup d'arrêt aux trafics illicites,
Au commerce parallèle de plantes interdites,
Á la traite des brebis surtout sur les trottoirs
Par des barbeaux roumains ou des maquereaux noirs.

Mammouth, (une femelle), ministre des armées,
Promettait des réformes et surtout des moyens,
Comme de nouvelles cornes, plus de canines aux chiens,
Des griffes acérées, des serres, des éperons,
Des grès et des défenses, des bois, des andouillers…

Mes chers compâturiotes

Une bonne police et bientôt surarmée,
Pardonnée à l'avance pour quelconque bavure,
Mettra sans coup férir le peuple des pâtures
Au pas, comme je le veux. Il faut le gendarmer.

Une armée de métier, payée à ne rien faire
Sinon vider des verres et boire de la bière,
Saura me protéger du peuple des pâtures,
Quand il aura compris, trop tard, la dictature
Que je lui mets en place, discrètement, savamment.

Il m'a plébiscité, je n'en voulais pas tant.

Mais comme il l'a voulu, j'en profite jusqu'au bout.
Je serai chef suprême, je contrôlerai tout
Pendant une semaine ou deux, au maximum.
Le pouvoir me fatigue, je suis comme les mômes
Qui veulent de nouveaux jouets et s'en vont trépigner
Afin qu'on leur achète. Sinon, je fais la tête.

L'hirondelle des fenêtres (Delichon urbica) / (1er juin 2002)__________