®
La buse féroce (Buteo rufinus)


Je voudrais signaler une faute à mon nom.
Une lettre oubliée qui en change le sens,
Puisqu'il manque un U entre le 0, le C...
Féroce ne convient pas alors que je fais rousse,
Quand on me voit de loin ou même de fort près

Pour justifier féroce accolé à mon nom,
Faudrait que je le sois, mais ça n'a pas de sens.
Celui qui a dit ça, n'en savait pas assez
Des mœurs des oiseaux, qui survolent les brousses...
Ou par méchanceté, il en a fait exprès.

Puisque vous êtes venu, je vous fais visiter
Cet immense territoire, où j'avoue, je me plais.
Là-bas, très loin, se dressent des montagnes élevées
Où des nuages buttent et ne pleuvent jamais...
Ou alors brusquement et toujours à torrents
Qui creusent toutes les roches en ravins escarpés,
Étalent toute la boue en cônes stérilisés,
Car rien n'y poussera avant au moins cent ans.

Le plateau où je vis, est en deux partagé
Par une ligne d'arbres et surtout des cyprès,
Le long d'un ruisseau sec. Une nappe phréatique
Autorise la culture de légumes faméliques,
De choux pommes, de pastèques et aussi de pois chiches.
Bien maigre récompense pour autant de travail...
Que l'on s'en éloigne, il ne reste que des friches,
Des collines ravinées aux profondes entailles,
Qui s'ouvrent dans la terre qui paraît comme griffée
Par la main d'un géant aux ongles démesurés.

Pour l'instant, sur la terre, je marche doucement.
Je referme mes serres sur quelques orthoptères,
Des criquets, des sauterelles et des éphippigers,
Qui abondent en ces lieux, me font passer le temps,
Car le reste du temps, je le passe à guetter
Depuis mes promontoires, des proies qui vont passer,
Des souris, des geckos feront bien mon affaire...

Féroce convient à l'homme qui ne pense qu'à la guerre !

Région de Bursa, Turquie.