Le bruant des roseaux : Emberiza schoeniclus
®
Le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus)


Vous m'avez intrigué bien des années durant.
Vous veniez au marais quand vous étiez enfant,
Caché parmi les laîches et leurs grands touradons
Pour observer de près, des râles et des hérons.

Pour vous faire patienter et par curiosité,
Je venais sur les vases quand elles se desséchaient,
Car elles grouillent d'insectes, de petits crustacés
Et de graines variées qui viennent de tomber,
Des roseaux qui se penchent sous le poids des phragmites
Ou du mien quand j'y grimpe et mesure mon domaine
De carex et de joncs, de saules qui délimitent
Les ceintures végétales… longtemps je m'y promène.

Á l'époque, cependant, je doute que vous pensiez
Á bien nous observer, davantage occupé
Á chercher l'oiseau rare, une nouvelle espèce.

Cocher un oiseau valait qu'on manquât la messe.

Pour autant, je suppose, à force d'observer
Les oiseaux du marais ou bien les rats musqués,
Quelquefois un chevreuil se croyant dérangé,
Des images multiples ont fini par graver
Des millions de neurones de traces protéinées
Dans le système limbique ou l'orbito-frontal…
Quand vous fermez les yeux, pour dormir ou rêver,
Sur l'arrière des paupières, en flash subliminal
Et en couleur aussi, un film se projette.

J'espère en faire partie et même je le souhaite,
Quand vous pensez à moi, alors que je suis mort
Quand vous pensez à moi, car je revis encore…

Étang de Mézangers, Mayenne.