La brebis : Ovis aries
®
La brebis (Ovis aries)



Je vous prends à témoin. Voyez quel est mon trouble :
Des centaines des miens vont mourir par la faute
Des lobbies financiers, en dollars ou en roubles,
Qui, pour en gagner plus, nous font payer la note.

J'accepte volontiers que la chair des ovins
Serve à remplir l'assiette qui nourrit les humains.
Je ne puis accepter qu'on en fasse des brasiers,
Alors qu'on aurait dû, simplement, vacciner
Les bœufs, les porcs, les boucs, les moutons, les lapins,
De la tuberculose ou de la fièvre aphteuse.

Mais pour l'exportation, il valait mieux soudain
Que l'Europe soit saine, apparence trompeuse.

Or donc, on décida …(l'Europe, ça sert à ça)
Que les vaccinations qui coûtent des dollars,
D'obligatoires seraient remises à plus tard
Et que les stocks seraient gérés par des mafias.

Ou bien que les hormones qu'on peut nous injecter,
C'est une fois seulement, mais par vétérinaire…
Qui viennent à tour de rôle. Tout est réglementaire.
Il y a un mot pour ça, c'est traçabilité.

C'est du pareil au même pour les antibiotiques,
Les suppléments de cuivre ou les vitaminiques…

Une seule chose compte, la productivité,
Même si elle ruine à terme tout le marché.

De toutes les manières, le consommateur paye
De son fric, de son flouze, aussi de sa santé.

Et quand les syndicats de paysans s'asseyent
À la table du ministre, une seule question posée :
Combien de subventions ? Et la dette effacée !
Et quant au cannabis, enfin légalisé,
La coca, le pavot aux gènes modifiés,
Quelle prime à l'hectare si on les cultivait ?

J'en ai marre. Je me clone. Je me fais Ebola,
Charbon, Pasteurella ou encore mieux Lhassa.
J'envoie l'humanité dans des fours crématoires.
J'éradique les hommes et j'entre dans l'histoire.

Même pas égarées...