Le bourdon terrestre : Bombus terrestris
®
Le bourdon terrestre (Bombus terrestris)



Je suis à l'origine de la grandeur anglaise.
J'aimerais, s'il vous plaît, que vous le racontiez.
Je comprendrais aussi que vous vous en foutiez
Puisque vous n'en ferez, au final, qu'à votre aise.

Or donc, pour faire la guerre, l'Anglais, vivant sur l'île,
Eut besoin impérieux d'une bonne marine
Laquelle, jusqu'au Bounty, de brouets de farine,
De coups de fouet, tenait ses marins bien tranquilles.

Jusqu'au Bounty, disais-je, où le Captain Fletcher
Obtint pour les marins qu'ils aient droit à la chair
Des bœufs qui s'engraissaient dans les prés du bocage
Qui entourent de verdure de bien jolis cottages.

Mais pour nourrir le bœuf, il faut qu'il mange du trèfle
Qui doit se féconder pour produire des graines,
Que les vents ou les eaux, même les fourmis égrènent
Pour qu'elles germent, sinon, ne poussent que des nèfles.

Le trèfle, vous le savez, est une légumineuse
Dont la fleur compliquée ressemble au papillon.
Les Dieux ont, quand il faut, des idées lumineuses,
À l'abeille, un peu faible, préférèrent le bourdon,
Car il faut de la force pour écarter assez
Les pétales serrés de cette fleur pourprée,
Atteindre le nectar, déposer le pollen,
Féconder le pistil et les petites graines.

C'est là tout mon mérite que je partage aussi
Avec les chats des champs qui mangent des souris,
Car je niche sous la terre.

___________________Le miel, pour mes enfants,
Attire toutes les pestes et les mulots gourmands.

Les renards et les fouines, les buses et les faucons,
D'une certaine manière, m'aident dans ma mission.

Le seul qui s'y oppose est un ver ascaris
Qui pond dans mes entrailles
___________________ses œufs quand il s'immisce.
Je ne peux plus voler, longtemps, sans m'écraser,
Brutalement, sur terre, avant de décoller,
Sur quelques mètres encore, à nouveau m'écraser…
Ainsi de suite pour être enfin délivré
Des œufs du parasite qu'alors je dissémine
Pour qu'ils puissent à leur tour infecter des bourdons
Que l'on pourrait, dès lors, condamner à la mine,
Pour la raison qu'ils manquent, tout à fait, leur mission
Qui est de féconder les papilionacées…

C'était le cas avant, avant la Dame de Fer,
Les farines animales et depuis l'Angleterre
Fait naufrage de partout, bientôt sera coulée.

Je me recyclerai et j'irai féconder
Les fleurs des graminées qu'on appelle zostères
Que pâturent les bernaches, les siffleurs, les pilets
Et construire mes rayons au-dessous de la mer.

Et le poète en veine de trouver une rime,
Utilisera celle du bourdon maritime.

Au jardin...