Le bœuf musqué : Ovibos moschatus
®
Le bœuf musqué (Ovibos moschatus)



Je descends de Tyndare, indubitablement.
Puisque comme Pollux du manège aux enfants,
J'ai de très longs poils roux qui me battent les flancs,
Des cornes qui me font une coiffure d'antan.

Sur mon Dövre et mon fjell, le silence est pesant.
Une averse de neige se prépare doucement
À blizzarder le sol, horizontalement,
Et cacher les lichens bien à l'abri du vent.

La montagne blanchit par endroits seulement.
L'air a saisi les saules dans des larmes de glace.
Un loup, sur un névé, a oublié sa trace
Sur celle du blanchon qui est passé avant.

La bécassine double vous montre ses enfants
Et le harfang des neiges, comme un fantôme blanc,
Passe loin et trop vite, pour à peine un instant.
La ravine l'avale jusqu'à la fin des temps.

Des crottins de poneys couvrent les cladonias.
Plus loin, vous croiserez la trace de mes pas.
Mais vous pourrez marcher et marcher tout le jour,
Vous ne me verrez pas, sans doute pour toujours.

Vous aurez beau grimper où sont dressés les cairns,
Vous ne verrez au loin que des troupeaux de rennes.

Pourtant, remarquez le, mes laissées sont bien fraîches.
Vous n'étiez de moi qu'à une portée de flèche.

Il y a des jours sans. Je le regrette bien.
J'aurais pris du plaisir si vous m'aviez trouvé.
Je pense que je ne vous aurai pas chargé,
Comme on dit que je peux.

_____________________C'est partout affiché
Aux entrées de mon parc de ne pas m'approcher.

Encore faut-il parler ou lire le norvégien !

Dövre Fjell, Norvège.