Le bruant des neiges : Plectrophenax nivalis
®
Le bruant des neiges (Plectrophenax nivalis)


Perdu dans mes rochers, je vous vois étonné
De ne voir que nos mâles… C'est parfaitement normal !

Pour voir nos femelles, tournez donc vos jumelles
Du côté des névés, là-bas, dans la vallée.
Sous les plaques de neige qui commencent à fondre,
Dont le toit les protège. Ne pouvez les confondre.

Elles s'occupent des enfants qui viennent de nichées
Maintenant regroupées et de divers parents.

C'est une colonie, comme une nurserie.
Mais souvent les bruants agissent pareillement.

Nos femelles fréquentent davantage les pentes
Et les bords des ruisseaux que les crêtes d'en haut.

Elles fouillent dans les sphaignes ou les sélaginelles
L'eau de fonte les baigne à cause du dégel.

Elles recherchent des planaires ou des insectes encore
Á un stade larvaire… des graines et des spores.

Nous les mâles, nous vivons sur les crêtes, dans le vent,
Sur des roches rognons usées depuis longtemps,
Maintenant recouvertes de lichens noirâtres,
De taches jaunes et vertes et d'autres, plutôt blanchâtres.
Une fois posés dessus, devenons invisible,
Passons inaperçu du faucon, ce nuisible.

Surtout l'émerillon qui niche près du col,
Chasse les hausse-cols et ma génération.

C'est pourquoi je le guette et pousse constamment
Depuis le haut des crêtes le trille de mon chant.

Sitôt que je m'arrête, en bas dans la vallée,
Toute ma troupe se jette à l'abri des névés.

Je présume que ce point de nos comportements,
Typique des bruants… ne le connaissiez point.

Finmark, Norvège, baie du Mont Saint Michel, parfois sur les dunes à Guidel.