La fauvette babillarde : Sylvia curruca
®
La fauvette babillarde (Sylvia curruca)


Sur la plaine de Caen où je connais une île,
Près de Chicheboville… j'y nichai tous les ans.

C'est une île dans les blés, les maïs, les betteraves,
Une enclave isolée sur des tourbes et des graves.
Une île où les canaux couverts de potamots
Circulent sous la forêt et gardent bien au frais
Les fougères et les mousses, les touffes de prunelliers
Ou les houblons qui poussent et couvrent les halliers.

C'est de là que je chante, que je me fais connaître,
Un bref instant, peut-être, dans le fouillis des plantes.
J'occupe à cet endroit, l'extrême ouest de mon aire.

On ne vous croira pas, vous dira de vous taire
Quand vous affirmerez m'avoir déterminée…

En basse Normandie, conflits de compétence
Agitent les ego comme les rires, la panse !

Comme ailleurs, sûrement… et ceux qui contestaient
Me pendront par la tête dans un de leurs filets
Quand ils viendront, de suite, me voir et me baguer...
Mais publieront la note pour leur célébrité.

J'y perdis tout : mes vies, ma douce et mes petits.

Chicheboville, plaine de Caen, 1968.