L'âne : Equus asinus
®
L'âne (Equus asinus)



Je suis mort de vieillesse dans la peau d'une ânesse,
Pas d'abus de chardons ou de la griffe du lion.
Je repose près d'un chêne, couchée sur le flanc droit.

Que le vent se déchaîne, que l'orage le foudroie,
Je resterai couchée, car la mort m'a fauchée.

Je serai recyclée, tout d'abord par des pies
Et des corbeaux impies, qui viendront me piller
Les orbites et l'anus, boire mes jus tant et plus.

Les milans me houspillent. Ils déchirent ma peau,
Recouverte de mouches qui pondent leurs asticots,
Qui grouillent et me grapillent, comme l'alimoche.

Puis viens le vautour moine, qui, sans ménagement,
Chasse les nécrophages. Il fait donc le ménage,
Dévore mes péritoines et tous mes fondements.

Enfin les vautours fauves arriveront tous chauves.
Plongeant dans mes viscères leurs longs cous et leurs serres,
Ils laisseront mes os aux quebrantahuesos.

Coto Doñana, Andalouise, Espagne.