Les dindons seront plumés... Je répète...
®
Les dindons seront plumés... Je répète...


Au pays des vaches folles, Virus* et Pecora**
Eurent droit au carrosse, à tout le tralala.
Virus n'en tenait plus. Il bichait comme un pou.
On eut pu craindre un temps qu'il ne tînt pas le coup
Et se laissât aller à quelque privauté
Envers la reine-mère en lui parlant anglais.

Mais de ce côté-là, il n'y eut rien à redire.
Certes, on le sait, Virus ne parle que Sabir.
C'est en cette langue qu'il fallut qu'on comprenne
Qu'était venu la fin de la croix de Lorraine,
Qu'il faisait allégeance à Bison d'Amérique
Et signait une page de vie démocratique !

Par un déni du peuple et ses représentants,
Virus tirait un trait sur près de cinquante ans
D'indépendance pour le peuple des Pâtures.
Au pays de l'Opium, il enverrait, pour sûr
Quelque mille brebis, armées jusques aux dents
Afin qu'elles y instaurent le droit, fut-ce dans le sang.

Alors Virus en veine, car sans contradicteur,
Endossa les habits qui siéent aux imposteurs.
Du pays des vaches folles, il vanta le modèle
Politique et social. Croyez au Père Noël…
Je ferai cette rigueur au pays des Pâtures
Afin que lui aussi, il aille dans le mur.

28 mars 2008 / «® / ©»



* Virus est président des Pâtures.
** Pécora, chante, pose nue et accompagne Virus.