L'aigle royal : Aquila chrysaëtos
®
L'aigle royal (Aquila chrysaëtos)



Ma cime s'enveloppe d'un grand manteau rosé.
Pour vous, depuis longtemps, le soleil s'est caché.
Mais du haut de ma crête, je puis encore le voir
Et je pourrais le faire jusqu'à ce qu'il fasse noir.

Avec ma douce aimante, j'occupe mon sommet
Où je passe la nuit, à l'abri, sur l'adret.
Mais avant de dormir et avant de rêver,
Du temps à ma toilette, je m'en vais consacrer.

Je m'ébroue, m'ébouriffe, me hérisse, m'échevelle.
Je gratte doucement le cou de ma femelle.
Je me lisse la poitrine et je me fais les ongles.
J'arrange quelques plumes car sinon c'est la jongle.

Je marche à grands pas, m'approche de ma douce,
Sautille de côté, ouvre à demi les ailes…
J'ai envie de lui dire que je n'aimerai qu'elle.
Alors d'une révérence, à nouveau, me trémousse.

Je m'étire le cou autant que je le peux.
Je balance la tête, ce, plusieurs fois de suite.
Ma femelle pourtant s'indiffère du jeu,
Autant qu'une réponse intéresse le jésuite.

Elle prend beaucoup de temps à lisser chaque plume,
Chacune à son tour et plutôt deux fois qu'une.
Puis se retire plus bas, sur un rocher à plat…
La tête sous l'aile comme si je n'existais pas.

Je me retire aussi. Je m'installe auprès d'elle.
J'ai droit à un grattou du bec dans le cou.
C'est qu'elle m'aime encore et peut-être beaucoup.

Demain d'une marmotte, je lui fête Noël.

Lac des Sagnes, Jausiers, Ubaye.