L'alouette des champs : Alauda arvensis
®
L'alouette des champs (Alauda arvensis)


S'il vous plaît, faites gaffe où vous mettez les pieds !

J'ai perdu mes enfants. Ça devait arriver.

Cela fait des années que je le vocifère :

__ Il faudrait qu'on arrête de faire nos nids par terre !

Á peine les petits ont trois touffes de duvets,
Que dès qu'ils nous entendent et nous voient approcher,
Á l'heure de becqueter des graines de millet
Quelque ver de terre, ils enjambent le bord
Du nid, sans retenue, piaillent à qui le plus fort,
Á qui sera le preum' à venir se goinfrer...

Et j'ai beau demander que leur mère les surveille,
Elle me répond que les ventres n'ont pas d'oreilles
Quand ils sont affamés…

__________________Et qu'au lieu de chanter
Du matin jusqu'au soir, j' devrais faire un effort…
J' devrais m'en occuper… Que ma musique à fond,
Elle fait un peu rengaine... À la fin, me morfond !

C'est dit, l'année prochaine, je m'en vais en tournée.
Je fais un tour de chant et plusieurs tours du champ.

Les femelles et les mômes commencent à me gonfler !

Dunes de Plouhinec, Morbihan.