L' adèle verdoyante : Adela reaumurella
®
L' adèle verdoyante (Adela reaumurella)


Chaque année, c’est pareil, il me faut bien attendre
Que les bourgeons des hêtres se décident enfin
Á ouvrir leurs phanères et surtout prendre soin
De déplier leurs feuilles, encore molles et bien tendres.

Le temps arrive pour moi d’éclore sous la litière,
Quitter ma housse de soie qui me garde de l’hiver,
Me parer, sur les ailes, d’écailles vert mordoré
Et deux longues antennes pour mieux me distinguer.

Pourtant le paradoxe, c’est qu’on ne me voit guère.
Les hommes passent leur chemin, sans jamais remarquer,
Au bout des rameaux neufs, mes étranges ballets...
Pour la noce, pour les œufs, les écophases larvaires.

Tout le monde fait çà.
____________________Mais, sûr, vous ignorez
Comment l'Augure m'annonce que d'éclore, il est temps...
Ou à ma chrysalide, que les feuilles sont nées.
Personne ne lui annonce le début du printemps.

La date importe peu. C’est plus le temps qu'il fait...
Si l'année est précoce ou franchement pourrie.
Vous dire ce qui me pousse à quitter mes abris…
Je le garde pour moi. Cherchez, vous trouverez !

Forêt de Floranges, Morbihan.