L'accenteur alpin : Prunella collaris
®
L'accenteur alpin (Prunella collaris)



Je sais, pour me trouver, ce n'est pas une affaire.

Pourtant pour vous aider, je reste à ne rien faire…
Rien d'autre qu'à chanter, vous donner des repères
Pour que vous m'approchiez, sinon je désespère !

Je sais bien qu'en montagne et dans les éboulis,
Repérer un oiseau, ça confère au génie,
Sauf s'il bouge et s'agite comme le rougequeue.

Moi, je ne bouge guère, que d'un œil, pas des deux.

Et les sons par l'écho arrivent de tous côtés.
Repérer l'émetteur est souvent difficile...
Surtout s'il est à terre, caché par les rochers
Ou s'il est accenteur qui, parmi, s'y faufile.

Mais pour vous faire plaisir, je viens en évidence
Sur une roche peinte de lichens incrustés.
Je vous vois observer...

______________Des bouquetins s'avancent
En faisant attention où ils mettent les pieds.

L'un d'eux est presque aveugle, avec les yeux gonflés.
Les moutons de la plaine montent leurs maladies
Qui infestent les bêtes et les feront crever
Dans d'atroces souffrances et couvertes de sanies.

Á moins qu'ils se suicident, en tombant dans le vide
Et s'écrasent à terre où les corbeaux les vident,
Ne laissant que les os et les poils sur la peau
Qui pourront me servir pour mon nid, mes petiots.

Ce nid que j'ai caché plus bas dans l'éboulis,
Á vouloir l'approcher, c'est sûr, vous vous tuerez,
Car les cailloux qui roulent, vous ôteront la vie.

Restez donc où vous êtes puisque vous me voyez.

Massif de la Vanoise, col de la Sachette.